(Québec) Il faut absolument ralentir la progression de la COVID-19 à Québec et Lévis, à défaut de quoi la population s’expose à « des ruptures de soins » dans les hôpitaux débordés de la région.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

C’est le message qu’a livré vendredi un front uni d’élus provinciaux et municipaux de la capitale. L’heure n’est pas au relâchement et les contestataires des mesures sanitaires doivent rentrer dans le rang, ont insisté les autorités.

« L’heure est grave dans la Capitale-Nationale et dans Chaudière-Appalaches. On observe un relâchement. On a besoin de la coopération de tout le monde », a pressé la vice-première du Québec, Geneviève Guilbault.

La région de la Capitale-Nationale est celle qui compte, dans toute la province, le plus de cas actifs de COVID-19 par habitant. Celle de Chaudière-Appalaches est quant à elle aux prises avec des éclosions dans ses hôpitaux.

Le nombre d’éclosions a doublé depuis le 2 octobre dans la Capitale-Nationale, passant de 70 à 161 en date de mercredi. « Et ça continue », prévient la ministre.

Déjà des délestages

Le gouvernement avertit les citoyens de ces régions. Si la situation se poursuit, la population pourrait être privée de certains soins.

« C’est le mur qui nous guette si on ne casse pas rapidement la deuxième vague », a averti Mme Guilbault, qui cite par exemple des chirurgies pour remplacement de la hanche annulées ou un diagnostic de cancer reporté.

« Ça démontre la fragilité de notre réseau de la santé », a dit la ministre, qui était entourée des maires de Québec et de Lévis.

Les délestages ont déjà commencé dans la région. Les services obstétriques ont été suspendus à l’hôpital de Thetford Mines, le bloc opératoire fonctionne à la moitié de sa capacité à La Malbaie, l’Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec est aux prises avec un éclosion, tout comme l’Hôtel-Dieu de Lévis.

« Je me mets à la place de quelqu’un qui a un cancer et qui entend dire la ministre que si ça se complique il n’y aura peut-être pas de place pour lui… Ça c’est angoissant », a réagi le maire de Québec, Régis Labeaume.

Des récalcitrants

Le maire Labeaume note qu’une « lassitude » s’est installée chez la population depuis le début de la deuxième vague.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Le maire de Québec, Régis Labeaume.

« Il y a beaucoup de gens très intelligents et très sensés chez qui le message ne passe plus. Mais malheureusement il va falloir prendre sur nous pour que ça cesse un jour. Ça ne peut pas partir comme ça par magie », a dit le maire.

Geneviève Guilbault pense que la situation dans la Capitale-Nationale repose entre les mains des citoyens. La transmission communautaire est responsable d’une bonne partie des quelque 160 éclosions dans la région. C’est donc dire, selon elle, que les gens ont le pouvoir de changer les choses.

« Il y a des gens qui sont contestataires. Il y a des gens qui ont décidé que la COVID ce n’était pas vrai ou ce n’était pas grave. Si ces gens-là ne suivent pas les règles, alors c’est sûr que ça n’aide pas », a dit la ministre.

Y a-t-il plus de récalcitrants à Québec qu’ailleurs? Le 21 septembre, le maire Labeaume l’avait laissé entendre en pointant du doigt la radio. Puis quelques jours plus tard, la Ville de Québec avait annoncé qu’elle n’annoncerait plus sur les ondes de CHOI Radio X, citant « un comportement qui est de nature à augmenter le niveau de contamination actuel ».

Des chiffres récents de Google laissent toutefois entendre que les gens de la Capitale-Nationale ont modifié leurs comportements depuis le début de la deuxième vague.

Les gens de Québec ont réduit leurs déplacements pour le commerce et les loisirs de 27 % depuis le 6 septembre. C’est moins que la baisse de 36 % enregistrée à Montréal, mais au-dessus de celle constatée dans l’ensemble de la province (-23 %).

La ministre Guilbault pense toutefois « qu’il y a forcément un relâchement quelque part ». « C’est très élevé les cas, entre 150 et 200 nouveaux cas par jour » pour la Capitale-Nationale, dit-elle.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

La vice-première du Québec, Geneviève Guilbault.

Bilan : 905 nouveaux cas

La situation s’est toutefois améliorée momentanément dans la région. La Capitale-Nationale affichait 117 nouveaux cas vendredi, ce qui marque une baisse par rapport aux derniers jours. La capitale reste la région la plus touchée en fonction de sa population, avec près de 24 cas par 100 000 habitants.

Il y a eu 905 nouveaux cas confirmés dans la province. C’est encore à Montréal où l’on en rapporte le plus, soit 237. La tendance est toutefois légèrement à la baisse sur l’île. La Montérégie suit avec 137 nouveaux cas, mais là aussi la tendance est à la baisse.

La région de Chaudière-Appalaches rapporte quant à elle 88 cas supplémentaires, soit autant que la veille.

Avec 77 nouveaux cas, la région de la Mauricie et le Centre-du-Québec poursuit sa tendance à la hausse.

- Avec Pierre-André Normandin