Le plateau observé dans le nombre de nouveaux cas de COVID-19 se poursuit alors que le Québec en rapporte 1038 en ce lundi. La province déplore également six décès de plus et le nombre de personnes hospitalisées augmente de cinq.

Pierre-André Normandin Pierre-André Normandin
La Presse

Sur les six décès rapportés lundi, trois sont survenus au cours de la dernière semaine. Les trois autres sont survenus à une date inconnue pour le moment.

Après avoir rapidement augmenté cet automne à partir de la rentrée, le nombre de cas confirmés rapportés quotidiennement oscille autour des 1000 par jour depuis maintenant deux semaines et demie.

Ce plateau cache toutefois une hausse marquée dans certaines régions. C’est notamment le cas à Québec, qui a atteint lundi un nouveau sommet. Pas moins de 272 nouveaux cas y ont été rapportés, soit le plus grand bilan quotidien depuis le début de la pandémie. Le précédent record remontait au 5 octobre, alors que 265 cas avaient été enregistrés.

En fait, après un plafonnement au début du mois d’octobre, puis une baisse, la tendance est clairement repartie à la hausse depuis cinq jours dans la Capitale-Nationale.

En comparaison, Montréal a rapporté 193 cas confirmés lundi, pour une population près de trois fois plus grande. À l’inverse de la capitale, la métropole poursuit sa tendance à la baisse.

La région de Chaudière-Appalaches ne semble pas affectée par la reprise de la pandémie à Québec puisqu’elle demeure sur un plateau depuis deux semaines.

En orange dans le palier des alertes du gouvernement, le Saguenay–Lac-Saint-Jean vient d’entrer en zone rouge dans les statistiques. En effet, elle recense désormais plus de 10 cas par 100 000 habitants. La région rapporte aujourd’hui 47 cas, un sommet pour elle depuis le début de la pandémie.

D’ailleurs, trois des décès ont été rapportés au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Les régions de Chaudière-Appalaches, Laval et la Montérégie rapportent chacune un décès.

En date de dimanche, 532 personnes se trouvaient hospitalisées, soit cinq de plus que la veille. Du nombre, 92 se trouvent aux soins intensifs.

Le gouvernement rapporte également 21 613 prélèvements effectués samedi, portant ainsi le total à 2 822 963 depuis le début de la pandémie.

Le Canada franchit la barre des 200 000 cas

La deuxième vague de la pandémie a poussé le nombre total de cas au Canada au-delà de la barre des 200 000, lundi, alors que des restrictions plus strictes sont entrées en vigueur dans certaines régions du pays.

Ce jalon de 200 000 cas de COVID-19 est atteint un peu plus de quatre mois après que le Canada a franchi la barre des 100 000 cas, à la mi-juin. La majeure partie de ces cas se concentrent toujours au Québec et Ontario, mais les chiffres augmentent dans une grande partie du pays depuis les dernières semaines.

Ce jalon n’est pas qu’anecdotique ou médiatique : il offre l’occasion de mesurer comment le Canada fait face à cette pandémie, explique le docteur Barry Pakes, spécialiste en santé publique et médecine préventive à l’Université de Toronto.

Le Canada a vu son premier cas confirmé de COVID-19 à la fin de janvier et a franchi la barre des 100 000 cas environ cinq mois plus tard. Or, le fait qu’il ait fallu presque autant de temps pour doubler le nombre de cas, à 200 000, alors que la pandémie aurait dû suivre une courbe exponentielle, suggère que les mesures de santé publique ont ralenti dans une certaine mesure la propagation du virus, estime le docteur Pakes.

Par contre, il est essentiel de se rappeler que le Canada est au beau milieu d’une deuxième vague et des jalons comme celui-ci soulignent l’importance de ne pas baisser la garde, a prévenu le spécialiste. « Je pense quand même que nous pouvons espérer qu’on ne verra pas certains des chiffres et certains des effets vraiment importants qui ont été vus aux États-Unis ou en Europe », a-t-il dit. « Mais cela reste à voir. »

– Avec La Presse Canadienne