(Québec) Les policiers obtiennent le pouvoir de donner sur-le-champ des contraventions de 1000 $ à ceux qui font des rassemblements interdits à la maison. S’ils soupçonnent que la consigne est violée sans en être certains, ils pourront demander un télémandat à un juge afin d’entrer rapidement dans un domicile ou une cour pour constater la situation et donner une amende en cas d’infraction.

Tommy Chouinard
Tommy Chouinard La Presse

Les manifestants qui ne respectent pas l’obligation de porter le masque s’exposeront également à une amende de 1000 $. La même contravention sera remise aux personnes qui participent à des rassemblements dans un parc et qui refusent de se disperser à la demande des policiers.

> Lisez notre couverture en direct

« Les personnes qui ne respectent pas les consignes mettent la vie des autres en danger », a plaidé le premier ministre François Legault en conférence de presse aux côtés de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, et du directeur national de santé publique, le DHoaracio Arruda. « À cause de l’insouciance ou de la négligence d’une minorité, on se retrouve dans une situation avec beaucoup de monde qui sont affectés et il y a des vies qui sont en jeu. »

Comme l’évolution de la contagion est « inquiétante », « on est rendu à l’étape de dire qu’il faut faire quelque chose pour agir » et punir les récalcitrants. « On ne fait pas ça pour le plaisir, la situation est critique (….) Si des gens ne comprennent pas et mettent la vie des autres en danger, là ils vont comprendre », a-t-il ajouté.

Alors que cinq millions de Québécois passeront en zone rouge à minuit, François Legault a précisé les moyens qui seront déployés pour faire respecter les consignes sanitaires.

Dans les zones rouges – le Grand Montréal, le centre de la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches-, il est interdit d’accueillir à la maison des personnes d’une autre adresse – sauf exceptions (un proche aidant, une personne offrant un service comme un plombier ou un visiteur pour une personne habitant seule).

« Soyons bien clairs : quelqu’un qui fait un party dans sa maison, il est en contravention de la loi et met la vie des autres personnes en danger. Donc quand ça arrive, les policiers vont pouvoir leur donner un constat d’infraction », a expliqué M. Legault. Si une personne refuse d’ouvrir sa porte ou de collaborer, « les policiers vont pouvoir recevoir un télémandat d’un juge, le soir même, pour être capable de donner un constat d’infraction ».

« Les policiers ne vont pas commencer à cogner aux portes au hasard, il n’y aura pas de chasses aux sorcières. Les policiers vont le faire seulement s’ils ont des motifs de croire que la loi n’est pas respectée », a-t-il ajouté. Les policiers interviendront à la suite de plaintes ou encore s’ils constatent une infraction lors de leur patrouille.

À compter de minuit, partout au Québec, les manifestants doivent obligatoirement porter le masque. « Ce n’est pas vrai qu’on va demander aux Québécois des sacrifices » et laisser des personnes risquer de provoquer des éclosions. « Ces personnes-là vont pouvoir recevoir des contraventions de 1000 $ », a-t-il expliqué. Dans tous les cas, en ajoutant les frais, la note totalise près de 1500 $.

François Legault a repris une habitude en terminant son allocution par des remerciements, cette fois aux policiers. « On a besoin de nos policiers et nos policières pour faire respecter la loi et nous protéger », a-t-il dit, tout en reconnaissant que la situation ne sera « pas facile » pour eux.