Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) appelle la population à la vigilance, alors que le gouvernement Legault a lancé vendredi une « vaste opération » de surveillance policière qui s’échelonnera sur tout le week-end. Objectif : lutter contre la transmission communautaire de la COVID-19.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« Je pense que le message est clair : ce qu’on souhaite, c’est que les gens respectent les consignes, et évitent les débordements », explique le porte-parole du SPAL, Ghyslain Vallières, alors que son équipe commence une longue soirée de travail.

Premier arrêt : le Keg Steakhouse, à Saint-Bruno. Les policiers font d’abord un tour du resto-bar. Les mesures de distanciation physique ainsi que le port du masque dans les aires communes sont respectés. À l’extérieur, un jeune homme qui fait la file refuse toutefois d’obéir aux agents qui lui demandent de se couvrir le visage. Une contravention de 580 $ lui est alors remise.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

À l’extérieur du Keg Steakhouse de Saint-Bruno, vendredi soir, un jeune homme qui faisait la file a refusé d’obéir aux agents qui lui demandaient de se couvrir le visage. Conséquence ? Une contravention de 580 $.

Quatre autres constats sont remis pendant la soirée, notamment pour manque de distanciation et surcapacité dans un établissement. Composer avec ce genre de récalcitrants, M. Vallières y est habitué, même si, de manière générale, la population collabore.

Habituellement, on a une bonne écoute. Après, c’est sûr qu’il y a des cas isolés, des groupuscules de personnes. […] Si les gens sont en état d’ébriété, il y a parfois un peu de relâchement.

Ghyslain Vallières, porte-parole du SPAL

Les agents se rendent ensuite au restaurant La Belle et la Bœuf. Les mêmes vérifications de base sont effectuées, et tout semble dans l’ordre. Ils visitent aussi une succursale du Boston Pizza, puis de la Cage aux Sports et de la pizzeria Sophia, à Brossard. Au total, une vingtaine de commerces sont visés.

Comme bien d’autres organisations, la police de Longueuil mise sur une approche de « sensibilisation d’abord », n’ayant pas pour objectif premier de sanctionner. « Si les citoyens veulent que ça dure dans le temps, et garder leurs lieux de socialisation malgré les restrictions, ça prend une discipline collective », souligne Ghyslain Vallières.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Tout semblait dans l’ordre lors du passage des agents du Service de police de l’agglomération de Longueuil au restaurant La Belle et la Bœuf.

Trois équipes de patrouilleurs longueuillois visiteront près d’une centaine d’établissements jusqu’à dimanche, à raison d’une quinzaine de commerces par voiture, chaque soir. « C’est un objectif ambitieux, mais on pense y parvenir », laisse entendre le relationniste.

« Ça sécurise tout le monde »

Vincent Hervieux, gérant du Keg Steakhouse, voit d’un très bon œil la présence des policiers dans le secteur. « On se doutait bien que ça allait arriver cette semaine. C’est bien. Ça sécurise tout le monde et ça envoie le bon message à la population. On veut tous que ça passe le plus vite possible », lance-t-il.

Selon lui, les entreprises qui n’ont « rien à cacher » comme la sienne doivent se réjouir d’une opération gouvernementale pareille.

J’ai vu moi-même, en me déplaçant dans certains restos, que ce n’était pas nécessairement suivi à la lettre partout.

Vincent Hervieux, gérant du Keg Steakhouse

L’homme d’affaires dit vouloir en faire plus que pas assez. Son groupe a mis en place des normes sanitaires « très strictes » depuis plusieurs mois. En plus du port du masque et de la distanciation physique, les tables, les poignées et les toilettes sont désinfectées toutes les 15 minutes. « On veut vraiment éviter quoi que ce soit », souligne M. Hervieux.

Opération « massive »

Au Québec, plus de « 1000 établissements détenteurs d’un permis d’alcool », dont des bars et des restaurants, seront visités ce week-end dans le cadre de cette opération, dont l’objectif avoué est de prévenir l’apparition de nouvelles éclosions.

Nommé OSCAR, pour « opération systématisée comportements à risque », l’exercice vise « à [déterminer] les endroits où il pourrait y avoir des problèmes de respect des règles sanitaires et y intervenir ». La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, soutient que les policiers seront « très visibles, très proactifs », alors qu’il faut « tout faire pour éviter une deuxième vague ».

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Ghyslain Vallières, porte-parole du SPAL, au restaurant La Belle et la Bœuf

À Montréal, 40 policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) visiteront près de 250 établissements licenciés. Cela dit, le corps policier visite déjà, depuis l’entrée en vigueur des mesures sanitaires, de 15 à 40 établissements chaque jour. « À ceux qui sont encore réfractaires […], s’il vous plaît, conformez-vous », a imploré la ministre Guilbault vendredi, en qualifiant cette opération de « massive ».

Québec a rapporté vendredi 297 nouveaux cas de COVID-19, ce qui porte le total à 66 653 depuis le début de la crise. Aucune mort n’est survenue dans les 24 dernières heures, mais une mort survenue à une date inconnue s’ajoute, pour un total de 5792 morts. Le nombre d’hospitalisations, lui, reste stable.