(Ottawa) Un organisme québécois d’innovation forestière dit avoir conçu des filtres entièrement biodégradables pour les masques jetables.

Mia Rabson
La Presse Canadienne

Le président et chef de la direction de FPInnovations Inc., Stéphane Renou, y voit une solution qui changerait la donne à la fois du point de vue environnemental et sur le plan de l’approvisionnement en masques fabriqués localement.

Un article de la revue scientifique Environmental Science & Technology estimait plus tôt cette année que 129 milliards de masques sont jetés à la poubelle chaque mois au temps de la COVID-19, et que certains de ces rebuts aboutissent dans les océans.

À l’heure actuelle, la vaste majorité des masques jetables sont composés d’un filtre entre deux couches externes – le tout, fabriqué à partir de fibres de plastique tissées.

M. Renou explique qu’une vingtaine d’employés de FPInnovations ont mis huit semaines cet été à concevoir, tester et mettre au point un filtre exclusivement à partir de diverses fibres de bois, capables de bloquer 60 % des petites particules.

L’équipe se penche maintenant sur les deux autres couches et espère pouvoir fabriquer un masque complet d’ici la fin de l’année, indique M. Renou.