(Québec) Le gouvernement de François Legault doit faire preuve de plus de « transparence » et « anticiper » davantage les besoins à venir à l’aube de la deuxième vague de la pandémie, estime la cheffe libérale, Dominique Anglade, qui cite l’exemple des 92 000 chirurgies toujours en attente dans le réseau de la santé.

Fanny Lévesque
Fanny Lévesque La Presse

« On ne demande pas au gouvernement d’être des devins. On comprend qu’il y a des choses qui sont incontrôlables. On lui demande de formuler des hypothèses et de les partager avec la population », a lancé la cheffe de l’opposition officielle lors d’une mêlée de presse vendredi, marquant la fin du caucus présessionnel des libéraux.

Dominique Anglade dit regarder « de manière extrêmement attentive » la progression de la pandémie au Québec alors que le dernier bilan fait état de 184 nouveaux cas dans la province.

« Ce que je vous dirais, c’est qu’on a besoin d’avoir plus de transparence. Ça fait plusieurs fois maintenant que l’on demande d’avoir les données dans les écoles. Apparemment, on va les avoir [vendredi] après-midi. Mais, on sait que les écoles vont rouvrir depuis le mois de juin », a-t-elle souligné.

En conférence de presse vendredi à Montréal, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a confirmé que la liste des écoles où l’on compte un enfant ou un membre du personnel atteint de la COVID-19 sera rendue publique cet après-midi.

« Comment ça on n’a pas été en mesure de regarder ça [avant] ? Donc, cette capacité à anticiper nous permettrait d’être beaucoup plus rassurés », a illustré Mme Anglade. La cheffe libérale a par ailleurs cité l’enjeu des 92 000 chirurgies en attente, révélé ce matin par La Presse, pour appuyer son argumentaire.

« Il y en avait 75 000, il y a trois mois. On est rendus à 92 000. […] On savait que c’était un des angles morts puisque, dans toutes les discussions qu’on a eues avec les experts dans le domaine, on nous disait : c’est probablement la chose qui va être préoccupante dans les prochains mois », relate la nouvelle cheffe.

Un peu plus tôt vendredi, la porte-parole libérale en matière de santé, Marie Montpetit, a déploré en entrevue à La Presse canadienne que « ce sont des milliers de patients qui sont en attente et qui vivent des moments d’angoisse importants […] Il faut que le ministre les rassure », a-t-elle martelé.

Alors que la rentrée parlementaire prévue le 15 septembre prochain marquera aussi le mi-mandat du gouvernement Legault, Mme Anglade affirme que sa formation politique offrira une « vision qui est résolument moderne » et « progressiste » face à un « choix beaucoup plus conservateur » et « d’une autre époque ». Mme Anglade a indiqué qu’elle précisera ses propositions au cours des prochaines semaines.

– Avec La Presse canadienne