(Ottawa) Beaucoup retournent physiquement au boulot après des mois de télétravail, mais leur mode de transport pourrait changer. Parmi ceux qui faisaient la navette avant la pandémie, 94 % affirment que la crainte d’utiliser les transports en commun les faisait hésiter à retourner dans leur lieu de travail habituel, révèle Statistique Canada.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Les passagers continueront de circuler et le virus aussi, ce qui ne manque pas d’alimenter l’inquiétude des navetteurs. Sans surprise, la prépondérance du télétravail amène les Canadiens à moins utiliser leurs véhicules personnels ou les transports en commun. Mais quand vient le temps de retourner au bureau, comment se déplace-t-on ?

Parmi les répondants au sondage prêts à délaisser le télétravail et à utiliser les transports publics, 74 % demeurent inquiets de faire la navette en bus, en métro ou en train. La proportion de Canadiens qui ont recours aux transports en commun pour se rendre au travail a d’ailleurs chuté depuis le début de la pandémie, passant de 13 % à 3 %.

La baisse est moins marquée pour les automobilistes : 67 % des travailleurs sont au volant de leur voiture chaque matin, contre 75 % avant la crise sanitaire.

Parmi les usagers des transports en commun qui ont changé de mode de transport, près des trois quarts ont opté pour la voiture.

L’enquête intitulée « Se rendre au travail durant la COVID-19 » a été menée du 15 au 21 juin en interrogeant 4209 Canadiens. Rappelons toutefois que le port du masque obligatoire dans les transports publics a débuté le 13 juillet au Québec. En Ontario, plusieurs agences de transport ont également requis le couvre-visage pour les passagers. C’est le cas de la Commission de transport de Toronto, qui l’a rendu obligatoire le 2 juillet.

Baisse massive de l’achalandage

Sans surprise, la pandémie a entraîné une diminution historique de l’achalandage dans les transports en commun dans toutes les grandes villes canadiennes. Le nombre de passagers avait diminué de 85 % en avril.

Avant la pandémie, la voiture était le mode de transport le plus courant pour se rendre au travail, avec 75 % d’adeptes. L’automobile est suivie par les transports en commun (13 %) et les transports actifs comme la marche ou le vélo (7 %).

En juin, 22 % des Canadiens travaillaient de leur domicile, soit près de cinq fois plus qu’avant la pandémie.

Un peu moins du quart (24 %) des travailleurs qui utilisaient les transports en commun pour se rendre au travail avant la pandémie le faisaient encore en juin. Environ le tiers des usagers des transports en commun ont adopté un autre mode de transport (34 %), et plus de 4 usagers des transports en commun sur 10 ont opté pour le télétravail (42 %).

– Avec La Presse canadienne