L’éclosion de 27 cas de COVID-19 dans un camp de jour de Boucherville a fait des victimes collatérales : 19 proches des enfants ou du personnel ont aussi été infectés.

Stéphanie Marin
La Presse canadienne

Cela porte le total des cas à 46 pour le moment.

L’éclosion au camp de jour Les ateliers Charlot l’escargot a été décelée vers le 20 juillet.

La Santé publique a alors fait une enquête épidémiologique auprès des enfants et des moniteurs du camp et retracé leurs contacts. Résultat : 19 proches, soit des frères et sœurs, des parents ou des amis des jeunes du camp de jour ont reçu des résultats de tests positifs, a confirmé Martine Lesage du CISSS Montérégie-Centre.

Elle n’exclut pas que d’autres « cas secondaires » s’ajoutent, alors que tous n’ont pas forcément été testés ni encore reçu leurs résultats de dépistage.

Quant à savoir ce qui s’est passé et comment le virus a fait son entrée dans le camp d’été, Mme Lesage précise que la Santé publique ne dévoile jamais le « cas zéro », même lorsqu’il est connu, pour ne pas identifier la personne visée.

Tous ceux qui ont fréquenté ou travaillé au camp Charlot l’escargot ont reçu une lettre des autorités sanitaires, leur recommandant de s’isoler et de passer un test de dépistage.

La camp a été fermé jusqu’au 7 août, une date qui peut toutefois être reportée selon l’évolution de la situation, a indiqué Mme Lesage.