Alors que Montréal demeure l’épicentre de la contagion au Québec, les nouveaux cas confirmés se concentrent maintenant dans le centre de l’île plutôt qu’au nord-est, montrent les plus récentes données diffusées par la Santé publique montréalaise.

Ariane Krol Ariane Krol
La Presse

L’île de Montréal a de nouveau ajouté le plus grand nombre de nouveaux cas au bilan québécois vendredi, avec 40 % des 163 nouveaux diagnostics enregistrés en 24 heures.

Depuis le début de la pandémie, 28 339 résidants de l’île de Montréal ont reçu un test positif, ce qui représente presque la moitié (49 %) des résultats positifs de la province.

Par contre, les diagnostics se concentrent dans des zones différentes, montrent les données, excluant les milieux fermés (CHSLD, ressources intermédiaires, résidences privées pour aînés, centres de réadaptation, centres hospitaliers, prisons et hébergements communautaires).

Après que la transmission s’est beaucoup manifestée dans des arrondissements comme ceux de Montréal-Nord et de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles au plus fort de la pandémie, les nouveaux cas apparaissent désormais ailleurs, révèlent les données diffusées par la Santé publique mercredi.

Durant la semaine du 14 au 20 juillet, les arrondissements ayant enregistré le plus grand taux de cas par 100 000 habitants sont ceux de Ville-Marie (91,96), du Plateau-Mont-Royal (49,04), du Sud-Ouest (43,51) et de Rosemont–La Petite-Patrie (37,25).

Une analyse plus fine, selon les « secteurs de voisinage » définis par la Santé publique, montre que les trois secteurs ayant enregistré le plus de cas au cours de la dernière semaine sont Saint-Jacques (36), Sainte-Marie (15) et le Mile End (13). Par contraste, les deux secteurs les plus touchés depuis le début de la pandémie, soit Saint-Michel Sud (357 cas à ce jour) et Saint-Léonard Est (249 cas), ont enregistré moins de cinq diagnostics supplémentaires cette semaine.

Jeunes adultes infectés

Les jeunes adultes, en particulier ceux de 20 à 29 ans, sont maintenant responsables de la majorité des diagnostics de COVID-19 au Québec, confirment les données préparées par le ministère de la Santé et des Services sociaux à la demande de La Presse.

Au cours des dernières semaines, du 28 juin au 23 juillet, près du tiers (29,5 %) des cas ont été détectés chez les 20-29 ans, soit plus du double de ce que l’on observait durant les quatre mois précédents (12,8 % dans la période du 27 février au 27 juin). Les 30-49 ans pèsent aussi davantage dans le récent bilan, avec 15,7 % des nouveaux cas, contre 12,8 % auparavant.

Dans l’ensemble, toutes les tranches d’âge en deçà de 40 ans ont vu leur poids augmenter dans le bilan des dernières semaines, tandis qu’une part beaucoup moins importante des nouveaux cas est maintenant diagnostiquée chez les Québécois de 40 ans et plus.

À Ottawa, l’administratrice en chef de la Santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, s’est inquiétée de la transmission chez les jeunes adultes vendredi. Les 20 à 39 ans représentent 60 % des nouveaux cas détectés au pays durant la dernière semaine, a-t-elle indiqué en conférence de presse. Ils contribuent à la hausse observée depuis le début du mois.

Au début de juillet, 273 nouveaux cas étaient recensés en moyenne chaque jour dans l’ensemble du Canada – le plus petit nombre depuis le début de la pandémie. Mais depuis, le compte a recommencé à augmenter, pour atteindre 487 cas par jour en moyenne, a souligné l’administratrice en chef de la Santé publique.

Si nous ne sommes pas vigilants, la maladie se propagera à nos parents et à nos grands-parents, et à d’autres personnes vulnérables que nous devons protéger par nos actes.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la Santé publique du Canada

Et près du tiers des jeunes de 39 ans et moins qui ont été infectés ont été hospitalisés, a précisé la Dre Tam.

Une mort de plus vendredi

Une mort s’est ajoutée au bilan québécois de la COVID-19, montrent les chiffres publiés vendredi. De plus, 163 nouveaux cas d’infection ont été confirmés au cours des 24 heures précédentes.

« Nos actions en matière de dépistage continuent. La situation demeure sous contrôle au Québec », a écrit le ministre de la Santé, Christian Dubé, sur Twitter.

Selon les plus récentes données fournies, 16 383 prélèvements ont été effectués dans l’ensemble de la province mercredi, nombre le plus élevé depuis que Québec a commencé à augmenter la cadence à la mi-juillet.

Au total, 58 243 cas ont été détectés à ce jour. De ce nombre, 220 personnes étaient toujours hospitalisées, dont 12 aux soins intensifs. Le compte des malades hospitalisés a ainsi diminué d’un au cours des 24 heures précédentes, tandis que le nombre de patients aux soins intensifs a diminué de deux.

Le bilan hospitalier s’est donc allégé pour la quatrième journée de suite, et celui des soins intensifs, pour la deuxième journée de suite. En tout, 5663 morts ont été attribuées à la maladie jusqu’ici.

— Avec Pierre-André Normandin, La Presse