Le premier ministre François Legault s’en est pris aux syndicats concernant la confusion qui entoure la formation accélérée offerte pour pourvoir 10 000 postes de préposés aux bénéficiaires.

Jean Philippe Angers
La Presse canadienne

En point de presse, vendredi après-midi, à Beaupré, M. Legault a décrié la « grogne des syndicats qui veulent protéger des postes à temps partiel ».

Il a réitéré que les étudiants suivant cette formation accélérée auront accès à des postes à temps plein à un salaire de 49 000 $.

M. Legault a assuré que les actuels préposés aux bénéficiaires à temps partiel pourront également soumettre leur candidature pour ces postes.

« Il faut comprendre que les taux horaires ne seront pas aussi élevés pour les personnes qui sont à temps partiel. Il y aura effectivement un choix à faire pour ces employés-là », a ajouté le premier ministre.

Il a rappelé que des postes étaient affichés, et n’avaient pas été pourvus avant la pandémie.

Le premier ministre a martelé qu’une entreprise dans le secteur privé ne pourrait jamais fonctionner avec environ 50 % de son personnel à temps partiel, comme ce serait le cas dans le réseau.

« C’est un vrai problème, un problème qui existe à peu près juste au Québec. Un problème qu’il faut régler », a-t-il soutenu.

« On va respecter les règles d’ancienneté, les préposés qui sont à temps partiel vont avoir l’option d’appliquer sur les postes à temps plein », a dit M. Legault.

Quant aux récriminations des autres corps de métier qui craignent d’être dépassés sur le plan salarial par les nouveaux préposés, François Legault les a assurés du contraire.

« Une infirmière auxiliaire ou une infirmière qui travaille dans un CHSLD à temps plein va gagner au moins 49 000 $ par année », a-t-il affirmé.

En réponse aux questions des journalistes, M. Legault a aussi dit servir un rappel aux dirigeants de CISSS et de CIUSSS.

« Marguerite Blais a été très claire. Et je pensais qu’on avait été clairs avec les PDG des CISSS et des CIUSSS, mais les nouveaux préposés aux bénéficiaires qui vont commencer le 15 septembre vont gagner 49 000 $ par année, vont être à temps plein », a déclaré M. Legault.

Avant son point de presse, le premier ministre avait rencontré le PDG du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Michel Delamarre.

« On (se) prépare à une éventuelle deuxième vague. […] Ce que j’ai compris, c’est que les dirigeants du CIUSSS sont très contents de voir les étudiants comme préposés aux bénéficiaires commencer leurs cours. On va tous espérer que s’il y a une deuxième vague, ça va venir après le 15 septembre. »

La CAQ propose une formation accélérée de préposé en Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de 12 semaines (375 heures), soit moins de la moitié de la formation normale de 870 heures.

Ce sont 9800 étudiants qui ont entrepris cette formation lundi, dans 52 centres de formation professionnelle.

Évaluations environnementales

À Beaupré, face à l’île d’Orléans, M. Legault a aussi abordé le sujet de l’accélération de travaux souhaitée par son gouvernement, faisant face à de l’opposition à l’Assemblée nationale.

Il a parlé de nombreux projets comptant des « délais inacceptables ».

« Je crois que c’était à peu près unanime chez les maires… On est tous partisans de protéger l’environnement, mais les délais pour les autorisations environnementales — et pour toutes les autres autorisations —, c’est beaucoup trop long. Et il faut trouver un moyen ensemble de réaliser les projets plus rapidement, d’abord pour les citoyens, mais aussi pour remettre au travail les travailleurs de la construction », a-t-il soutenu.