(Québec) Des milliers de familles et résidants de CHSLD peuvent pousser un soupir de soulagement alors que Québec autorise (enfin) les visites en établissements. Une directive a été envoyée jeudi aux dirigeants des CISSS et CIUSSS leur présentant le Plan de déconfinement des CHSLD, effectif le même jour.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Isolés depuis des semaines, les résidants des CHSLD – où il n’y a pas d’éclosion de la COVID-19 – pourront recevoir des visiteurs et effectuer des sorties. Les sorties sans supervision ainsi qu’un séjour pour une durée de plus de 24 heures dans la communauté sont désormais autorisés par les autorités de santé publique.

Pour ce qui est des visites, le visiteur devra être supervisé à son arrivée afin de revêtir les équipements de protection nécessaires. À noter qu’il faut que les « ressources humaines pour la formation » soient disponibles et que la quantité de « masques de procédures » soit suffisante pour que la visite soit permise.

Le plan de déconfinement du ministère de la Santé, que La Presse a pu consulter, indique que « ces mesures pourraient être resserrées si une recrudescence de la COVID-19 survenait au Québec ».

Pour les CHSLD, qui composent toujours avec des cas de la maladie, les visites demeurent interdites pour l’instant. Pour les sorties, le document explique qu’elles ne sont pas non plus permises sauf que « dans le cas d’une éclosion localisée », les résidants asymptomatiques de la zone non touchée pourraient être autorisés à sortir.

Dans ce dernier cas, l’autorisation devra être accordée sous recommandation de l’équipe de prévention et contrôle des infections ou de la direction de la santé publique.

Le personnel offrant des soins, comme les dentistes et les audioprothésistes, est aussi admis à compter de maintenant. C’est également le cas dans les CHSLD où il y a des cas de la COVID-19, mais seulement dans les zones qui ne sont pas en éclosion.

Le Ministère explique que le plan de déconfinement a été élaboré « en tenant compte s’il y a des éclosions COVID ou non » et que ces nouvelles mesures visent à « permettre aux résidants de retrouver eux aussi un quotidien plus normal ».

La visite du personnel embauché par le résidant ou la famille « peu importe le service ou le soin offert » comme un coiffeur sera autorisée, qu’à compter du 26 juin seulement. Même chose pour les bénévoles et les activités de loisirs rémunérées par l’installation (zoothérapie, chansonnier). Pour ces services, aucune date n’est encore avancée pour les CHSLD touchés par la pandémie.

On introduit aussi le concept « des bulles », comme dans le milieu scolaire, pour permettre la tenue d’activités en salle à manger ou de groupes à l’intérieur.

Les visites en CHSLD, particulièrement frappés par la crise sanitaire, étaient interdites depuis le tout début de la pandémie à la mi-mars. Les proches aidants ont été admis à la mi-avril seulement.