Québec confirme que les élèves du primaire et du premier cycle du secondaire seront de retour en classe à temps plein cet automne. Pour les élèves de 4e et 5e secondaire, ce sont les écoles qui devront déterminer s’il y a lieu de faire une partie de l’enseignement à distance.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

En conférence de presse à Montréal, le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur Jean-François Roberge a expliqué qu’il pourrait être difficile pour certaines écoles de respecter les règles de distanciation pour le deuxième cycle du secondaire, notamment en raison de la multiplication des cours optionnels.

Les écoles qui choisiront de faire une partie de l’école à distance devront assurer la présence physique des élèves au moins un jour sur deux. « Je m’attends à ce qu’on soit au-delà du 50 % en classe. Il y aura des apprentissages en ligne et travaux à faire à la maison », a déclaré Jean-François Roberge. Par ailleurs, Québec demande aux écoles de mettre en mise en place d’ici l’automne un « protocole d’urgence » advenant une deuxième vague de la COVID-19.

Celui-ci devra prévoir que la scolarisation d’un élève ne connaisse pas d’interruption. « On va être prêts à toute éventualité. Il ne faut pas se mentir, le réseau n’était pas prêt en mars », a déclaré le ministre Roberge.

Plusieurs enseignants n’avaient pas d’intérêt dans les dernières années pour l’enseignement à distance, a aussi estimé le ministre. Ces enseignants se forment et seront prêts cet automne, assure Jean-François Roberge.