(Montréal) La principale responsable de la santé publique au Canada s’est inquiétée dimanche des conséquences de la pandémie du nouveau coronavirus sur la santé mentale de ses concitoyens et du fait que nombre d’entre eux ont accru leur consommation d’alcool et de malbouffe.

Agence France-Presse

« Je suis préoccupée par la santé mentale des Canadiens », souligne la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de l’agence de santé publique du Canada, dans un communiqué évoquant les résultats d’une étude de l’institut de la statistique du Canada consacrée aux effets de la pandémie sur la population.

L’étude indique que près de 20 % des personnes interrogées « ont fait état de symptômes correspondant à une anxiété modérée ou grave » et « les résultats montrent également qu’un plus grand nombre de Canadiens consomment davantage d’alcool, ainsi que de malbouffe ou de sucreries depuis le début de la pandémie », relève la responsable.

« En tant que collectivité, nous devons apprendre à accorder la priorité à la santé mentale », ajoute le Dre Tam en appelant ses concitoyens à « chercher activement des moyens sécuritaires d’avoir des relations sociales, de pratiquer des activités physiques et de faire des choix alimentaires sains », tout en respectant les consignes des autorités de santé.

À ce propos, elle se réjouit que 92 % des personnes interrogées par Statistique Canada disent pratiquer l’éloignement physique et que 95 % affirment se laver les mains plus souvent.

Le Canada comptait dimanche 95 699 cas confirmés de coronavirus et 7848 décès.