(Ottawa) Le gouvernement fédéral doit offrir un meilleur appui aux provinces pour préparer les établissements de soins de longue durée en prévision de la prochaine vague de la COVID-19, a affirmé l’Association des soins de longue durée de l’Ontario.

Mia Rabson
La Presse canadienne

La présidente-directrice générale de l’association, Donna Duncan, a demandé au premier ministre Justin Trudeau de négocier rapidement une entente avec les gouvernements provinciaux pour donner des fonds qui aideront à préparer le système de soins de longue durée dès que possible.

« Nous devons agir rapidement », a dit Mme Duncan, rappelant que plusieurs experts s’attendent à une deuxième vague d’infections au nouveau coronavirus dès septembre.

Elle souhaiterait voir une entente semblable à celle de 2017 entre Ottawa et les gouvernements provinciaux pour appuyer les établissements de soutien à la santé mentale. Cette entente de plus de 11 milliards sur 10 ans avait nécessité la production de plans détaillés de la part des provinces au sujet de l’utilisation des fonds.

Mme Duncan a affirmé qu’elle n’avait pas un chiffre en tête, mais qu’elle espérait pouvoir embaucher un plus grand nombre d’employés, prioriser la livraison de l’équipement de protection individuelle et accélérer les tests de dépistage de la COVID-19 sur les sites. Elle voudrait aussi obtenir de l’argent pour rénover certains établissements dans l’espoir d’aider à la prévention des infections et l’isolement des personnes malades.

La semaine dernière, M. Trudeau a affirmé que les établissements de soins de longue durée étaient à l’ordre du jour quand les premiers ministres provinciaux et lui ont participé à leur téléconférence quotidienne. Il n’a pas encore dévoilé la nature des discussions, ajoutant que cet enjeu se retrouvait sous la compétence des provinces.

« J’ai dit aux premiers ministres que notre gouvernement allait les appuyer alors que nous travaillons ensemble pour nous assurer que nos aînés reçoivent les soins qu’ils méritent », a dit M. Trudeau vendredi.

L’organisation de Mme Duncan représente environ 70 % des 626 établissements de soins de longue durée en Ontario. Elle a ajouté qu’elle travaillait aussi en collaboration avec des associations nationales et d’autres provinces.

La majorité des victimes de la COVID-19 au Canada résidait dans des établissements de soins de longue durée, dont plus de 4000 victimes en Ontario et au Québec seulement. Les Forces armées canadiennes ont déployé plus d’un millier de membres dans les résidences au Québec et en Ontario qui n’arrivaient pas à s’occuper des résidents en raison d’un manque de personnel.

La semaine dernière, des rapports des militaires ont dévoilé de sérieux problèmes dans les établissements des deux provinces.

Mme Duncan a affirmé que la commission et les enquêtes étaient une chose, mais que les résidents et les employés ont besoin d’aide le plus rapidement possible.

« Nous sommes un peu inquiets du fait que tout le monde veut réfléchir sur ce qui s’est produit, comme si c’était terminé, a-t-elle dit. Ce n’est pas terminé. Il ne faut pas faire preuve de complaisance. Nous devons maintenir le cap et protéger nos aînés. »

En Ontario, Mme Duncan a noté que les établissements où les résidents habitent dans des chambres partagées avaient été les plus touchés par la pandémie. Les établissements utilisant des ventilateurs à la place de systèmes d’air climatisé, ce qui contribue à la propagation des gouttelettes contaminées, ou des tapis, qui sont plus difficiles à laver, ont aussi été plus vulnérables.

Elle souhaite que ces problèmes soient vite réglés, incluant la réduction de la capacité maximale des chambres à deux résidents. Cependant, cette décision signifierait la création d’espaces pour 10 000 lits en Ontario seulement.

Mme Duncan voudrait aussi que l’entente entre les ordres gouvernementaux tienne compte du fait que la population vieillit, ce qui signifie une hausse des besoins pour ce type d’établissement. Elle a affirmé qu’en Ontario seulement, il y aura des besoins pour 100 000 nouveaux lits et 100 000 nouveaux employés au cours des 15 prochaines années.