(Ottawa) La Santé publique du Canada recommande maintenant le port du masque non médical ou du couvre-visage, lorsqu’il est impossible de garder une distance de deux mètres en public. Une différence subtile, puisque l’administratrice en chef de l’Agence de la santé publique du Canada « suggérait » seulement de le porter auparavant.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Dre Theresa Tam évoque déjà quotidiennement depuis des semaines l’importance de porter un masque à l’extérieur, sans toutefois en faire la recommandation officielle. Pressée de questions sur la réelle nouveauté de son annonce, la grande patronne de la santé publique a convenu qu’il ne s’agissait pas d’une « véritable nouvelle ».

« Il n’y a pas vraiment beaucoup de différence, pas de différence du tout » entre l’ancienne directive et la nouvelle recommandation, a d’ailleurs admis Dr Howard Njoo, sous-administrateur en chef de la santé publique.

Cela dit, les deux experts en santé publique ont martelé que le port du masque était une « mesure de protection supplémentaire », lorsque la distanciation physique est difficile ». Par exemple, à Montréal, a illustré Dr Njoo, il serait sage de le porter dans l’autobus ou dans un « petit dépanneur », si ce n’est pas « possible de garder une distance de deux mètres et plus ».

Cette recommandation découle du déconfinement graduel qui s’est amorcé dans plusieurs provinces, dont au Québec, et de la transmission par les personnes qui n’affichent aucun symptôme de la COVID-19. La santé publique canadienne est ainsi arrivée à un « consensus » avec les médecins hygiénistes des provinces et territoires pour « recommander » le port du masque, a expliqué Dr Njoo.

Le masque ne doit toutefois pas amener les gens à « lâcher » les autres mesures de santé publique, a prévenu l’expert en santé publique. Les Canadiens doivent continuer de se laver les mains et de maintenir une distanciation physique, selon Dr Njoo.

Dre Tam a rappelé que le port du masque était un « concept de solidarité » puisqu’il permet d’abord de protéger les autres. « Je te protège et tu me protèges », a-t-elle résumé.