Le portrait de la pandémie à travers l’île de Montréal s’est transformé au cours des dernières semaines. Les autorités sanitaires constatent que près d’une personne sur cinq qui est atteinte de la COVID-19 travaille dans le réseau de la santé et habite dans les quartiers où la propagation de la maladie est « très préoccupante ».

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

La surreprésentation des soignants est particulièrement marquée dans certains secteurs, notamment dans le nord et l’est de l’île, comme le confirment de nouvelles données publiées mercredi par la Direction régionale de la santé publique (DRSP) de Montréal. Les arrondissements de Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension sont toujours sur l’écran radar des zones chaudes, avec respectivement 24 %, 27 % et 25 % des cas d’infection concernent des travailleurs de la santé. En nombre absolu, il s’agit de 1204 soignants infectés en date de lundi dernier.

En conférence de presse mardi, la Dre Mylène Drouin de la DRSP de Montréal a indiqué que cette situation « est un des éléments qui contribue actuellement au fait que ces quartiers-là sont plus chauds ». À la même occasion, elle soulignait que l’île de Montréal est une véritable préoccupation, surtout en regard d’un possible déconfinement que prévoit le gouvernement Legault. Les chiffres « nous invitent à la prudence », a alors affirmé Dre Drouin.

Des arrondissements limitrophes aux quartiers les plus chauds laissent voir une situation tout aussi problématique. Ainsi, Anjou est au sommet de toute l’île de Montréal relativement à la présence de soignants (infirmières et préposés aux bénéficiaires, par exemple) infectés, soit 34 % des cas confirmés de COVID-19 (155 soignants sur 783 cas).

À Saint-Léonard, le pourcentage de travailleurs de la santé par rapport au nombre de cas de COVID-19 s’élève à 31 % (240 soignants). Dans Ahuntsic-Cartierville, on retrouve une personne sur cinq atteinte de la COVID-19 qui travaille dans le réseau de la santé. Les travailleurs de la santé qui ont été déclarés positifs et qui habitent dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve sont au nombre de 273, c’est-à-dire 18 % de tous les cas répertoriés sur ce territoire.

Dans l’ouest de l’île, on constate également une surreprésentation des travailleurs de la santé parmi les personnes infectées. C’est la situation qui prévaut dans l’arrondissement de Saint-Laurent (18 %), de Pierrefonds-Roxboro (27 %) et de Dollard-des-Ormeaux (20 %).