(Québec) Le message ne pourrait pas être plus clair : François Legault s’est présenté mardi au point de presse de 13 h en portant un masque. Le premier ministre avait d’ailleurs une demande pour tous les Québécois, de Montréal et des régions : « Quand vous sortez de chez vous, mettez-vous un masque », a-t-il dit.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Le masque, ou couvre-visage, ne doit pas nécessairement être comme ceux portés par les professionnels de la santé. Il peut aussi être confectionné de façon artisanale, a affirmé M. Legault. Porter un masque ne protège pas contre la COVID-19, a-t-il rappelé, mais il protège ceux que l’on rencontre si nous sommes infectés, avec ou sans symptôme, par le coronavirus.

« Quand on prend l’autobus ou le métro, ou qu’on est dans une situation où on n’est pas nécessairement capable de s’assurer d’avoir [deux mètres de distance], par exemple dans un magasin […], c’est mieux d’avoir un masque », a affirmé le premier ministre.

Le masque n'est donc pas obligatoire selon la loi, a précisé le gouvernement, mais il est désormais fortement recommandé de le porter à l'extérieur de son domicile. Questionné pourquoi il n'obligeait pas tout simplement le port du masque, François Legault a affirmé que « légalement, avant de rendre une consigne obligatoire, il faut être certain qu’elle soit efficace ».

« J’ai bien précisé que le masque, c’est pour protéger les autres [qu’on le porte]. Donc, il faut être capable, légalement, de pouvoir supporter une obligation. Pour l’instant, ce n’est pas évident qu’il y ait un succès assuré à porter un masque. (…) On ajoute donc cette consigne, je la recommande fortement, mais je ne l’oblige pas à ce moment-ci », a-t-il dit.

Le gouvernement a confirmé mardi 118 nouveaux décès liés à la COVID-19, portant le bilan des morts à 3131 depuis le début de la pandémie. Le Québec compte 756 nouveaux cas confirmés de personnes infectées par le virus, totalisant désormais 39 225 depuis les derniers mois. 1841 personnes sont actuellement hospitalisées, ce qui représente une faible augmentation de 3, dont 186 reposent aux soins intensifs. Ce chiffre est en diminution.

« Nos façons de vivre vont changer »

François Legault a rappelé mardi que « nos façons de vivre vont changer au cours des prochaines années », alors qu’un vaccin n’est pas attendu pour les prochains mois. Les prochaines années ne seront pas « un long fleuve tranquille », a ajouté le premier ministre, demandant aux Québécois de suivre les consignes sanitaires pour freiner la propagation du virus.

Au niveau économique, a rappelé M. Legault, la pandémie fait mal. « Pour l’année en cours, on prévoit un déficit entre 12 et 15 milliards », a-t-il dit, comme l’indiquait déjà le ministre des Finances, Eric Girard, en entrevue à La Presse en avril dernier.

Pour la première fois depuis le début de la pandémie, en mars dernier, François Legault sera de passage à Montréal jeudi et vendredi. Il rencontrera alors la mairesse de Montréal, Valérie Plante, ainsi que les autorités de Santé publique de la métropole.