(Montréal) Le gouvernement demande aux écoles primaires de faire des groupes de 15 élèves maximum, mais peu importe le nombre d’inscriptions dans un établissement, aucun enfant ne sera refusé, dit le ministère de l’Éducation.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

En entrevue à La Presse plus tôt cette semaine, le président de la Fédération québécoise des directions d’établissements disait s’attendre à ce que beaucoup de parents renvoient leurs enfants à l’école.

« Si cette problématique arrive et que mathématiquement, on a plus de demandes que la capacité en raison du deux mètres, on choisit comment ? On entend qu’on va prioriser nos élèves vulnérables », a dit Nicolas Prévost.

Tous les parents qui le souhaitent pourront envoyer leur enfant à l’école, répond le cabinet du ministre de l’Éducation Jean-François Roberge.

« Il n’est pas question de contraindre qui que ce soit à faire l’école à la maison », écrit Francis Bouchard, l’attaché de presse du ministre.

« Les commissions scolaires pourront regrouper les élèves selon leur groupe habituel, par classes-cycles ou par groupes multiniveaux. Le cas échéant, nous faisons confiance aux équipes-écoles pour déterminer la répartition des élèves. Ils connaissent les élèves mieux que quiconque », ajoute M. Bouchard.

Les parents pourront changer d’idée

Par ailleurs, dans un document envoyé ce matin au réseau de l’éducation, le ministère écrit que les parents pourront changer d’idée quant à la fréquentation de leur enfant, mais qu’ils devront toujours donner un préavis d’une semaine avant d’envoyer leur enfant en classe.

« Les parents qui souhaiteront que leur enfant retourne à l’école au cours des semaines suivant le retour prévu devront eux aussi en aviser l’établissement scolaire de leur enfant une semaine avant son retour », écrit le ministère. L’école sera offerte à temps plein, confirme-t-on aussi.

D’autres instructions émises par Québec

Comment s’effectuera la période de nettoyage des mains ?

« Le lavage des mains est obligatoire pour tous les élèves minimalement à l’arrivée à l’école, avant et après le diner, et avant le départ pour la maison », écrit le ministère.

Qui enseignera s’il y a trop d’élèves ?

« Au besoin, les établissements pourront faire appel, dans un premier temps, aux listes de suppléants et aux étudiants et finissants en éducation pour combler les besoins. De plus, les enseignants permanents et sous contrat du secondaire pourraient être mis à contribution, de même que les professionnels et le personnel cadre et le personnel de soutien actuellement à l’emploi », précise le ministère.

Comment sera organisée l’heure des repas ?

« Les enfants seront attitrés à un seul local dans l’école. S’y dérouleront tant les services d’encadrement pédagogiques, les dîners que les services de garde, dans la mesure du possible », dit Québec.