Les éléments clés du plan de relance économique.

Ariane Krol Ariane Krol
La Presse

Les magasins « avec une porte qui donne sur l’extérieur »

• Seuls les commerces ayant un accès direct à l’extérieur pourront rouvrir leurs portes au public.

• Les magasins situés à l’extérieur de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) pourront rouvrir à partir du 4 mai.

• Les magasins établis sur le territoire de la CMM pourront en faire autant à compter du 11 mai.

• Les mêmes dates s’appliquent aux entreprises de la chaîne d’approvisionnement des commerces de détail.

• Les centres commerciaux demeurent fermés.

• La fermeture du dimanche est maintenue jusqu’au 31 mai.

• Travailleurs visés par la réouverture : 196 000

La construction redémarre complètement

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

• Les chantiers de transport collectif et routiers, ainsi que les travaux dans les secteurs institutionnel, commercial et industriel pourront redémarrer le 11 mai.

• Les travaux résidentiels qui n’étaient pas couverts par l’autorisation du 20 avril dernier sont aussi inclus.

• Les chaînes d’approvisionnement de l’industrie seront de la partie.

• Travailleurs visés par la réouverture : près de 85 000

Le secteur manufacturier en deux temps

PHOTO PATRICE LAROCHE, ARCHIVES LE SOLEIL

• Les entreprises manufacturières de toute la province pourront redémarrer leurs activités le 11 mai.

• Le personnel sera réintégré progressivement pour favoriser la distanciation physique, avec un nombre limité d’employés sur le plancher durant les deux premières semaines.

• Le ministère de l’Économie a élaboré une formule pour calculer le nombre maximal de travailleurs permis en même temps sur un même site.

• Les sites qui fonctionnent déjà avec 50 personnes ou moins par quart de travail ne subiront pas de restriction.

• Les sites qui emploient plus de 50 personnes par quart auront droit à un certain nombre de travailleurs supplémentaires. Ce nombre correspondra à la moitié de la différence entre leurs effectifs habituels et le plafond de 50 travailleurs.

• L’entreprise qui fonctionne d’ordinaire avec 60 employés par quart sur un site pourra ainsi en faire travailler 55 à la fois, a illustré le ministère de l’Économie. Autre exemple : un site qui roule normalement avec 500 personnes ne pourra en avoir que 275 en même temps sur le plancher.

• Les restrictions sur le nombre d’employés devraient prendre fin le 25 mai.

• Travailleurs visés par la réouverture : plus de 176 000

La restauration, l’esthétique, la culture et le tourisme en attente

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

• La restauration, les soins personnels (coiffure, esthétique, etc.) et d’autres domaines sont encore exclus du déconfinement économique.

• Le secteur culturel, y compris les lieux de diffusion, de même que le secteur touristique demeurent également en pause.

• Les modalités de réouverture de ces secteurs font encore l’objet de travaux et de discussions entre les autorités de santé publique, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et les ministères concernés, a fait savoir le ministère de l’Économie.

• Les dates de réouverture de ces secteurs restent à préciser.

La distanciation demeure la règle

• Les entreprises autorisées à rouvrir devront respecter les règles élaborées par la Santé publique et la CNESST.

• La CNESST a publié des guides pour les secteurs manufacturiers, de la construction et du commerce de détail, ainsi que des affichettes et des aide-mémoire destinés à tous les secteurs.

• Les salariés présentant des symptômes associés à la COVID-19 (toux, fièvre, difficulté respiratoire, perte soudaine de l’odorat ou du goût sans congestion nasale, etc.) seront informés de ne pas se présenter au travail.

• Les entreprises auront également des procédures à suivre si un employé commence à présenter des symptômes au travail (isolement, masque de procédure, appel à la ligne COVID-19, inscription au registre de l’entreprise, etc.).

Obligés ou non de retourner au travail ?

• Les salariés des secteurs visés sont-ils obligés de retourner au travail ? Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, n’a pas donné de réponse claire à cette question en point de presse mardi. « Je pense que les employés, dans la grande partie des cas, vont être confortables de retourner au travail, et c’est ça qui est la pression importante sur les entreprises », a-t-il indiqué.

• Selon M. Fitzgibbon, le fait que les trois nouveaux secteurs visés ne redémarreront pas avant le 11 mai, que le retour des employés se fera graduellement dans le domaine manufacturier et que des protocoles seront annoncés au cours des prochains jours donnera le temps de faire de la « pédagogie » auprès des travailleurs. « Alors, moi, je suis très confortable qu’on va convaincre les employés que c’est sécuritaire comme endroit de travail », a déclaré le ministre.

• Le plan de retour au travail présenté mardi est le résultat du travail de quatre équipes, soit celles des ministres de l’Économie et de l’Emploi, de la Santé publique et de la CNESST, a souligné le premier ministre François Legault un peu plus tôt durant la conférence de presse.

Consultez la trousse d’outils de la CNESST