(Québec) Incapable de trouver 1000 professionnels de la santé pour les déployer de façon urgente à temps plein dans les CHSLD, Québec se tourne vers Ottawa et demande le renfort de 1000 soldats de l’armée canadienne.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

À ce jour, l’armée avait confirmé être en mesure de déployer 130 soldats dans la province. Mardi, il y en avait 70 au travail dans cinq CHSLD du Grand Montréal.

Québec cherche depuis quelques jours à combler les milliers d’absences dans les CHSLD. Plus tôt cette semaine, le premier ministre du Québec, François Legault, avait dévoilé que quelque 2000 employés du réseau étaient absents, soit parce qu’ils étaient malades, en retrait préventif ou parce qu’ils avaient peur de contracter la COVID-19.

Québec a rapidement été en mesure de trouver la moitié des effectifs manquants en délestant entre autres certaines opérations non urgentes dans les hôpitaux. Des centaines de médecins, d’infirmières et de préposés aux bénéficiaires des régions moins touchées par la pandémie ont aussi été redirigés vers les CHSLD de la région métropolitaine, où la crise fait rage.

Mardi, François Legault s’était dit optimiste quant à la capacité du gouvernement de trouver les 1000 professionnels manquant pour soigner les résidents gravement malades dans les CHSLD. Mais mercredi, le premier ministre constate que l’opération est un échec. Le renfort de l’armée est donc devenu nécessaire, « car il manque de bras », a-t-il dit, soulignant que seulement 350 médecins spécialistes étaient disponibles pour travailler à temps plein dans les CHSLD.

« Quel soulagement d'entendre François Legault annoncer que 1000 militaires ont été demandés en renfort dans les CHSLD. Pourquoi avoir tant tardé ? C'est l'option la plus rapide et la plus efficace. Des vies humaines sont impliquées », a déclaré le chef de l'opposition officielle, le libéral Pierre Arcand, qui réclamait le recours à l'armée depuis plusieurs jours.

Une réouverture graduelle jusqu'en 2021

Le gouvernement présentera la semaine prochaine un plan de réouverture de l’économie et de différents secteurs de la société québécoise qui s’étalera sur plusieurs mois, jusqu’en 2021.

François Legault a affirmé mercredi que la réouverture des entreprises, des écoles et des garderies s’effectuera graduellement jusqu’à l’automne prochain, vers la fin septembre. Le premier ministre avait toutefois précisé mardi que les écoles ne seraient pas ouvertes pendant l’été.

Pour les grands rassemblements, comme lors d’activités culturelles dans les salles de spectacle, ou pour les rassemblements sportifs, comme au Centre Bell, entre autres, « est-ce que ça ira en 2021 ? Ce n’est pas impossible », a dit M. Legault.

Dans les hôpitaux, la ministre de la Santé Danielle McCann a affirmé mercredi qu’on « va reprendre certaines activités chirurgicales, on va monter à des volumes autour de 40 % dans l’ensemble des hôpitaux du Québec » au cours des prochains jours.

Bilan du jour

Lors de son point de presse quotidien, mercredi, François Legault a confirmé que le Québec compte désormais 93 nouveaux décès, portant le bilan total des morts causées par la COVID-19 à 1134 dans la province.

Des 20 965 Québécois infectés par le coronavirus à ce jour, 1278 sont actuellement hospitalisés, dont 199 aux soins intensifs.

La Dre Johanne Liu sera finalement impliquée

Québec a confirmé mercredi que l'ancienne présidente de Médecins sans frontières (MSF), la Dre Johanne Liu, sera finalement impliquée « dans le dossier de la prévention des infections » qui fera le tour des CHSLD et sur l'enjeu des lieux non traditionnels de soins.

En point de presse, la ministre Danielle McCann a souligné l’expertise de la Dre Liu, qui a travaillé par le passé dans des contextes d’épidémies et des zones de désastre, entre autres.

Le gouvernement Legault était sur la sellette depuis quelques jours concernant l’ancienne dirigeante de MSF après que Radio-Canada eut révélé que Québec avait écarté son aide parce qu’il la craignait « incontrôlable ».