(Ottawa) Au tour des étudiants postsecondaires de recevoir un coup de pouce du fédéral : de mai à août, ils pourront toucher jusqu’à 1250 $ par mois, a annoncé mercredi Justin Trudeau.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Au total, les mesures de soutien globales destinées aux étudiants de niveau postsecondaire et aux nouveaux diplômés que le premier ministre a dévoilées mercredi atteignent presque 9 milliards de dollars.

La mesure phare est la prestation canadienne d’urgence pour les étudiants, mise sur pied alors que l’été approche, que les perspectives de dénicher un emploi étudiant sont très minces, et que les certains parents de jeunes sont potentiellement eux aussi pris à la gorge.

« De mai à août, vous recevrez 1250 $ par mois. Et si vous vous occupez d’une autre personne ou si vous avez un handicap, vous pourriez recevoir 1750 $ par mois », a affirmé le premier ministre en conférence de presse à Rideau Cottage.

La prestation est disponible pour ceux qui sont aux études en ce moment, qui iront à l’école en septembre ou qui ont obtenu un diplôme après décembre 2019. Les étudiants qui ont un emploi, mais qui gagnent 1000 $ ou moins par mois, peuvent aussi la toucher.

Les paiements seront rétroactifs au 1er mai et seront versés par l’intermédiaire de l’Agence du revenu. « On va travailler avec les partis d’opposition pour faire adopter le projet de loi qui va nous permettre d’instaurer cette nouvelle prestation », a signalé Justin Trudeau.

Une bourse pour le bénévolat et pour la recherche

Le gouvernement s’apprête aussi, en parallèle, à mettre sur pied la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant.

« Si vous décidez de faire du bénévolat pour nous aider à combattre la COVID-19 cet été, vous pourriez recevoir de 1000 $ à 5000 $ selon les heures que vous faites. On a besoin de votre énergie et de vos compétences », a plaidé Justin Trudeau.

Le gouvernement va également créer 76 000 emplois supplémentaires pour des jeunes dans des secteurs « qui ont besoin d’un coup de main » ou qui contribuent directement à la lutte contre la pandémie de la COVID-19. Ces emplois s’ajoutent à ceux du programme Emplois d’été Canada.

Ottawa dégage aussi plus de 291 millions de dollars pour prolonger de trois ou quatre mois les bourses d’études supérieures en recherche et les bourses postdoctorales, et augmenter les subventions fédérales de recherche.

Autre mesure : le gouvernement a décidé de doubler le montant des bourses d’études qu’il accordera pour 2020-21. Pour le Québec, qui possède son propre programme de prêts et bourses, l’argent sera versé au gouvernement afin qu’il y apporte des bonifications.

Ottawa débloquera également plus de 75 millions de dollars pour appuyer les étudiants inuits, des Premières Nations et de la Nation des Métis.

« Un autre système compliqué »

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a promptement réagi à l’annonce du gouvernement.

« Nous sommes heureux que le gouvernement se concentre sur l’aide aux étudiant•es, mais un autre système compliqué n’est pas ce dont les étudiant•es ont besoin. Le gouvernement devrait rendre la PCU universelle afin que personne ne soit laissé pour compte », a-t-il écrit sur Twitter.

Dans un communiqué publié un peu plus tard, il a fait valoir qu’il était « insensé qu’un parent qui doit s’occuper de ses enfants puisse demander la PCU et obtenir 2000 dollars, alors qu’un parent qui est également étudiant ne recevra qu’entre 1250 et 1750 dollars ».

Au Bloc québécois, le chef Yves-François Blanchet s’est réjoui de l’arrivée prochaine de cette nouvelle aide, mais il a réitéré sa demande pressante quant à l’importance de voler au secours des personnes âgées.

« Le gouv. a finalement entendu les jeunes, le mouvement étudiant ainsi que les demandes insistantes du @BlocQuebecois (le NPD l’a fait aussi). Tout n’est pas parfait mais nous progressons... Maintenant, les aînés - ça urge! - et la recherche et la science », a-t-il écrit.

L’aide pour les personnes âgées s’en vient, a assuré Justin Trudeau vers la fin de ses échanges avec les journalistes devant sa résidence de Rideau Cottage. « On a déjà pris certaines mesures pour aider nos aînés, mais on va en faire plus », a-t-il promis.

Le premier ministre a par ailleurs justifié sa décision d’annoncer des prestations à la pièce plutôt que d’instaurer un revenu minimum garanti, d’abord parce qu’une telle mesure n’aurait pas été « beaucoup plus simple » à administrer, mais surtout, parce qu’on a opté pour des aides « ciblées ».

« Notre approche dans cette situation et dans cette crise a toujours été de donner le plus d’aide possible à ceux qui en ont de besoin [...] Il y a des Canadiens qui n’ont pas besoin d’aide en ce moment pour leur chèque de paie, qui continuent à travailler », a-t-il plaidé.

Au Conseil national des chômeurs, on a applaudi le programme de 9 milliards. « Une autre maille du filet vient d’être recousue », s’est réjoui le président de l’organisation, Pierre Céré, par voie de communiqué.