Les études suggérant qu’une fraction limitée de la population des pays frappés par la pandémie de COVID-19 a été infectée se multiplient et sonnent comme une mise en garde aux autorités sanitaires à l’heure du déconfinement.

Marc Thibodeau Marc Thibodeau
La Presse

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

Le fait que les taux d’infection estimés sont généralement inférieurs à 10 %, souvent même à 5 %, un résultat logique des mesures de distanciation physique, signifie que les risques d’un rebond de nouveaux cas demeurent considérables.

« Nous voulons réitérer que le relâchement des mesures de contrôle ne signifie dans aucun pays que l’épidémie est terminée », a prévenu lundi Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, qui s’attendait à des taux plus élevés.

Le message a un écho particulier au Québec et au Canada, qui ne disposent pas encore de tests sérologiques devant leur permettre, en détectant la présence d’anticorps, d’obtenir un portrait clair de la portée de la propagation du nouveau coronavirus dans la population générale.

Benoît Mâsse, qui est professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, note qu’il est « extrêmement important » d’être fixé à ce sujet pour modéliser l’effet des mesures de déconfinement. « Ce n’est pas pour rien que tout le monde cherche à sortir des études là-dessus », souligne-t-il.

Écart

Une étude menée dans le comté californien de Los Angeles et divulguée lundi indique qu’entre 2,8 % et 5,6 % de la population, soit entre 221 000 et 442 000 personnes, a été infectée alors que le nombre officiel de cas était inférieur à 8000 à la fin de la période considérée.

Le chiffre réel serait donc de 28 à 55 fois plus élevé que le chiffre officiel, relèvent les chercheurs, qui expliquent notamment l’écart par le nombre important de patients asymptomatiques jamais testés et le nombre limité de tests disponibles.

Une autre étude récente menée dans le comté de Santa Clara, aussi en Californie, évoque un taux d’infection entre 2,5 % et 4,2 % et un nombre de cas réel de 50 à 85 fois plus élevé que le total officiel.

Des études en Suède, au Danemark et aux Pays-Bas suggèrent des taux de l’ordre de 3 % avec, là encore, un écart majeur avec les cas officiels.

Benoît Mâsse pense que le pourcentage obtenu est plus révélateur que le ratio entre le nombre de cas projetés avec les tests sérologiques et le nombre de cas officiels puisque ce dernier est fonction de plusieurs variables, y compris la quantité de tests effectués et le profil des personnes ciblées.

L’analyste dit avoir vu des ratios allant de 10 à 100. « Ça ne veut pas dire grand-chose avec ce niveau d’incertitude », relève-t-il.

Loin du compte

Une autre étude parue lundi en France qui repose sur une méthodologie différente estime que 5,7 % de la population du pays aura été infecté par le virus le 11 mai, date du début du déconfinement projeté par le gouvernement.

Même si le taux sera apparemment plus élevé en Île-de-France et dans le Grand Est, atteignant 12 % dans ces régions particulièrement touchées, il demeure très éloigné du seuil de près de 70 % requis pour que le virus ne puisse plus se propager.

Le niveau d’immunité de la population paraît insuffisant pour éviter une seconde vague si toutes les mesures de contrôle sont levées à la fin du confinement.

Les chercheurs responsables de l’étude

M. Mâsse note qu’il est difficile, à partir des études qui sortent actuellement, de projeter ce qu’est le taux réel d’infection au Québec.

Le profil démographique de la population, les dynamiques régionales, la concentration de cas dans les CHSLD sont autant de facteurs compliquant l’exercice, qui requiert, souligne-t-il, un échantillon important.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux, qui estime le taux largement inférieur à 10 %, a indiqué la semaine dernière à La Presse qu’il s’inspirait d’études anglaise et française le situant entre 1 et 6 %.

Un dépistage sérologique à grande échelle est projeté mais ne pourra être mené tant que Santé Canada n’aura pas approuvé de tests de cette nature.

Le Canada en retard ?

Le Canada est l’un des seuls pays industrialisés à ne pas l’avoir fait pour la COVID-19, selon Benoît Hébert, de BioConsult, une firme de consultation qui travaille avec le distributeur canadien du test sérologique allemand Nadal.

« D’après ce que je comprends, Santé Canada se concentre pour le moment sur l’approbation de nouveaux tests virologiques » permettant de détecter le virus lui-même, estime Herman Chan, directeur scientifique de l’entreprise MedMira de Halifax, dont le test sérologique est aussi en attente d’approbation.

L’organisation sanitaire indique sur son site que « les tests de diagnostic utilisant la technologie des acides nucléiques font l’objet d’un examen prioritaire afin d’augmenter le nombre de tests disponibles au Canada ».

Pour le moment, 13 tests virologiques sont approuvés au Canada et 53 tests sont en processus d’évaluation, y compris 33 de nature sérologique. Les deux tiers de ces derniers sont d’origine chinoise.

Il semble que plusieurs de ces soumissions chinoises sont pour le même test, par des compagnies différentes. Ça ralentit le processus.

Benoît Hébert, de la firme de consultation BioConsult

Les autorités, dit-il, craignent par ailleurs que des personnes concluent qu’un test sérologique négatif signifie qu’elles ne peuvent être contagieuses alors que ce n’est pas nécessairement le cas (voir capsule ci-dessous).

Selon M. Hébert, des entreprises dans l’Ouest canadien envisagent de faire leurs propres tests sérologiques sur leurs employés pour voir lesquels sont immunisés et peuvent conséquemment rentrer travailler.

Les deux types de tests

Un test virologique vise à mesurer la présence de virus chez une personne, donc à savoir si elle peut en infecter d’autres. Un test sérologique mesure la présence d’anticorps contre le coronavirus responsable de la COVID-19 et permet de savoir si une personne a été infectée par le passé. Les tests virologiques sont faits avec un écouvillon nasal, alors que les tests sérologiques sont sanguins. Il peut s’écouler d’une à deux semaines après l’infection avant qu’une personne infectée ait des anticorps détectables par un test sérologique. 

Un test sérologique négatif n’indique donc pas qu’une personne n’est pas infectée et contagieuse. Les autorités médicales considèrent pour le moment que la présence d’anticorps, un test sérologique positif, indique qu’une personne ne peut pas ravoir la COVID-19 même si elle est en contact avec une personne contagieuse. Certains rapports ont fait état de réinfections de patients guéris, généralement sur la base de tests virologiques, mais pour le moment, aucune preuve solide ne démontre qu’une personne ayant un test sérologique positif peut l’être.