La pénurie de blouses s’accentue dans le réseau de la santé et plusieurs établissements semblent arriver au bout de leurs réserves, constate ce matin La Presse. À l’hôpital de Verdun et à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, on évoque la possibilité de laver des blouses jetables pour pallier les manques.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Hier soir, un message a été envoyé à plusieurs employés du CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal dans lequel on disait apprendre « en catastrophe que la réserve de blouses est maintenant tombée à un niveau très bas et qu’elle risque d’être épuisée à brève échéance, soit beaucoup plus tôt que ce qui était prévu. »

Le CIUSSS demandait aux employés de « restreindre autant que possible l’utilisation des blouses ».

Un deuxième CIUSSS, celui du Nord-de-l'Île-de-Montréal, a écrit quasi mot pour mot un message dans le même sens à des employés sur « la pénurie de blouses » et « la réserve provinciale tombée à un niveau très bas », réserve qui sera bientôt « épuisée », selon un document que La Presse a obtenu.

Lundi, le premier ministre François Legault soutenait pourtant que le matériel de protection comme les blouses est disponible en quantité suffisante. « Je voyais encore en fin de semaine qu'il y a certaines résidences qui disaient qu'il manquait de matériel de protection. Il n'y a pas de raison à ça. On a assez de matériel de protection. [...] Donc, il n'y a pas de problème à court terme avec le matériel de protection », disait-il.

Président du Syndicat des préposés aux bénéficiaires du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Alain Croteau confirme qu’à l’hôpital de Verdun, on demande de réutiliser les blouses au-delà de l’utilisation habituelle. Au CHSLD Champlain, la distribution de blouse se fait avec parcimonie. L’utilisation de jaquette de patients ou de sarraus a été proposée à certains employés afin de remplacer les blouses de protection usuelles.

« C’est mieux que rien. Mais ce n’est pas fait pour ça », affirme M. Croteau. Pour lui, ce manque chronique d’équipement qui touche le réseau de la santé a un impact majeur sur les travailleurs. « Ceux qui travaillent dans ces milieux depuis des semaines et qui arrivent ce matin et se font dire qu’il n’y a plus de blouse… Le désespoir s’accumule », dit-il.

Le CIUSSS Centre-Sud-de-Montréal souligne avoir commandé récemment 40 000 blouses lavables justement pour couper leur dépendance aux blouses jetables.

Il y a quatre jours, le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal était lui aussi confronté à une pénurie de blouses, comme le rapportait La Presse.