(Ottawa) Deux appareils ont dû rentrer au Canada bredouilles, leurs soutes vides de l'équipement médical de protection qu'elles devaient ramener de la Chine.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Les strictes règles aéroportuaires chinoises sont à l'origine de cette situation, a soutenu Justin Trudeau en conférence de presse. Un avion nolisé par le gouvernement fédéral ainsi qu'un autre mandaté par une province qu'il n'a pas nommée sont concernés.

« Il y a des limites extrêmement restreintes sur le temps qu’un avion peut rester sur le territoire chinois, et il y a eu des délais énormes en termes de transport des marchandises vers l’aéroport, et malheureusement, les avions ont dû décoller sans avoir reçu leur cargaison », a-t-il exposé.

Il a tenu à spécifier que ces derniers jours, le Canada a reçu « énormément » d'équipement, qu'on en attend d'autre dans les jours à venir, et que « jusqu'à présent », le gouvernement fédéral a été en mesure de répondre aux besoins des provinces en cette matière.

« Je comprends que c'est quand même difficile à entendre pour les gens qui travaillent dans notre système de santé, mais nous allons continuer de nous assurer qu'on livre les marchandises nécessaires », a signalé le premier ministre.

Au ministère des Services publics et de l'Approvisionnement, on a précisé que « la congestion au sol causée par une augmentation importante des vols de fret à partir des terminaux de l’aéroport de Shanghai » était à l'origine du problème.

« La marchandise n’a pu être chargée à bord de l’avion avant l’heure de décollage prévue, a-t-on écrit dans un courriel envoyé à La Presse. Nous surveillons de près cette situation [et] nous prenons des mesures pour veiller à ce que cela ne se produise pas à l’avenir. »

Le chef par intérim du Parti conservateur Andrew Scheer avait soulevé ces incidents à la période des questions en Chambre, lundi. Il avait toutefois évoqué trois avions – apparemment, le troisième, aussi nolisé par une province, est arrivé avec environ 20 % de sa soute remplie d'équipement – plutôt que les deux dont Justin Trudeau a parlé en conférence de presse.

350 millions pour les organismes communautaires

Lors de cette allocution, le premier ministre a annoncé qu'Ottawa allongeait 350 millions de dollars afin d'aider les organismes communautaires et à but non lucratif à venir en aide, à leur tour, aux Canadiens qui sont dans une situation précaire.

Une partie des fonds fédéraux ira directement aux petits organismes indépendants et le reste sera acheminé par le truchement d’organismes comme Centraide, Fondations communautaires du Canada, et la Croix-Rouge.

« C’est de l’argent que nos leaders communautaires pourront utiliser pour former des bénévoles, accroître les livraisons à domicile pour les personnes âgées ou offrir des services de transport pour les personnes handicapées », a indiqué le premier ministre.

« Avec ce fonds, on donne aux organismes plus de ressources pour s’adapter aux réalités et aux difficultés liées à la pandémie », a-t-il ajouté.

Le virus « a eu pour effet d’aggraver les inégalités qui existaient déjà dans notre société, et les plus vulnérables – comme les aînés, les jeunes en situation d’itinérance, les gens sans emplois et les familles monoparentales – sont particulièrement touchés par la COVID-19 », a-t-il argué.

Subvention salariale : inscription dès lundi

Les entreprises canadiennes pourront déposer une demande pour toucher la subvention salariale de 75 % à compter de lundi prochain, le 27 avril. Il faudra cependant « plusieurs jours au minimum » avant que l'argent leur soit versé, si la requête est approuvée, a prévenu M. Trudeau.

En conférence de presse, le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, a indiqué que le fédéral s'attend à ce que 90 % des demandes soient traitées en date du 5 mai, et que les remboursements de salaires soient versés rapidement ensuite.

Une calculatrice a été mise en ligne sur le site de l'Agence de revenu du Canada pour aiguiller les entreprises canadiennes, en les aidant à déterminer quel montant elles pourraient recevoir du gouvernement fédéral via la subvention salariale d’urgence.

Ce programme qui donne aux employeurs admissibles jusqu’à 847 $ par semaine, par employé, pour leur permettre de garder leurs travailleurs.