Une personne déclarée positive à la COVID-19 sur cinq au Québec travaille dans le réseau de la santé. Selon les données obtenues par La Presse, au moins 4000 travailleurs sont ainsi touchés. Pendant ce temps, les renforts sont toujours insuffisants dans les CHSLD.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

« Ça ne m’étonne pas, c’était inévitable »

Au moins 4000 travailleurs de la santé ont été déclarés positifs à la COVID-19 au Québec, ce qui représente 20 % des cas connus dans toute la province. Les CIUSSS de la métropole dénombrent à eux cinq plus de 2000 cas. Une statistique qui donne le vertige, mais qui est loin de surprendre les experts.

Pour une rare fois depuis le début de la pandémie, le portrait des infections chez le personnel de la santé commence à se définir. Le nombre de cas confirmés chez les travailleurs de la santé explose dans certains CIUSSS de la métropole, si bien qu’à l’échelle de la province, environ un cas sur cinq touche un employé de la santé.

Le premier décès d’une préposée aux bénéficiaires d’un CHSLD de Montréal a secoué tout le Québec le week-end dernier. « Probablement qu’elle a attrapé la COVID pendant son emploi, donc en essayant de sauver des gens. Donc, je veux saluer la mémoire de Victoria Salvan », a souligné lundi le premier ministre François Legault.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a confirmé dimanche à La Presse que 2490 employés du réseau de la santé ont été infectés jusqu’à présent par le coronavirus. Mais une vérification faite auprès des cinq CIUSSS de Montréal, où la bataille est particulièrement chaude, a permis de constater d’importants écarts entre les données disponibles au Ministère et celles des établissements.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Québec a indiqué lundi qu’environ 6000 travailleurs sont absents du réseau de la santé.

Ainsi, ce n’est pas seulement 2490 cas qu’il faut compter au Québec, mais presque 600 de plus, uniquement à Montréal. De plus, La Presse a noté plusieurs disparités entre les données du Ministère et celles confirmées par les établissements dans des médias régionaux, dont en Estrie, dans les Laurentides et à Laval.

Au calcul, il faut enfin ajouter 479 travailleurs contaminés dans le réseau des établissements privés conventionnés, pour un total d’au moins 4000 cas à travers la province. Les chiffres n’incluent pas les données des 40 CHSLD privés non conventionnés, comme le CHSLD Herron.

Les statistiques ne sont pas détaillées par secteur d’emploi ni par lieu de travail. Selon l’estimation du Ministère, dans environ 60 % des cas, l’employé aurait contracté le nouveau coronavirus au travail. Pour les 479 travailleurs en CHSLD privés conventionnés, on parle plutôt de 24 % des cas.

François Legault a indiqué lundi qu’environ 6000 travailleurs de la santé sont absents du réseau parce qu’« ils sont infectés ou ont peur d’être infectés ». Environ 4000 employés dans les hôpitaux et 2000 « dans les résidences », a-t-il précisé.

Progression rapide

Le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, par exemple, a confirmé lundi en soirée que « 495 employés ont été infectés par la COVID-19 » jusqu’à présent. Samedi, la donnée était de 441. Et le 6 avril dernier, il y avait seulement 110 cas confirmés parmi le personnel de ce CIUSSS.

« L’augmentation des infections chez les travailleurs de la santé suit la courbe épidémique », constate la professeure adjointe à la faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, Laurence Bernard. « Ça ne m’étonne pas, c’était inévitable », ajoute la spécialiste de la prévention et du contrôle des infections cliniques et pandémiques.

Au Québec, le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, qui compte sur son territoire 17 CHSLD et 150 établissements, trône au sommet du triste palmarès du nombre de cas déclarés avec plus de 700 travailleurs infectés et ce chiffre continue d'évoluer de jour en jour*.

Des données qui expliquent l'anxiété des travailleurs de la santé sur le terrain, a fait valoir le président de la FSSS-CSN, Jeff Begley. M. Begley dit par ailleurs avoir tenté en vain d’obtenir ces chiffres auprès du Ministère.

Il est moins surpris, par contre, du nombre total de travailleurs infectés à travers la province. « On est rendu à environ 20 000 cas au Québec, alors c’est clair que les personnes sur les lignes de front, ce sont les travailleurs de la santé. Ça ne m’apparaît pas surprenant qu’ils soient les plus représentés. Ils ont toute mon admiration », a-t-il dit.

Le nombre de cas au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal semble particulièrement bas par rapport aux autres établissements montréalais. Notons que le CIUSSS n’a pas été en mesure de fournir ses données directement à La Presse, expliquant que « ce serait trop approximatif » dans un contexte épidémiologique.

Procédures tardives

Roxane Borgès Da Silva, professeure agrégée à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, estime que le fait de ne pas avoir mis en place des procédures de protection pour les employés des CHSLD dès le début de la pandémie n’est pas étranger au fort nombre de cas déclarés chez les travailleurs de la santé.

C’est seulement le 4 avril que Québec a ordonné le port, en tout temps, d’équipements de protection pour tous les travailleurs de la santé. « On n’était pas encore au courant que quatre personnes sur cinq pouvaient être asymptomatiques », souligne-t-elle. 

C’est aussi l’opinion du président de la FSSS-CSN. « Je pense que ç’a pris du temps, particulièrement dans les CHSLD, d’avoir le matériel de protection nécessaire, et il en manque toujours, en passant. C’est clair que c’est un des facteurs. L’autre chose, c’est le temps qu’il a fallu avant d’arrêter le déplacement du personnel entre établissements », explique M. Begley.

Mme Bernard croit que la disponibilité de l’équipement peut avoir joué, mais aussi « la capacité du personnel » à en faire un usage adéquat. « Il faut offrir davantage de formation continue aux professionnels parce que le bât blesse à ce niveau-là. Il y a une sensibilisation qui doit être faite lors de la formation académique », dit-elle.

Mme Borgès Da Silva espère que les mesures démontreront leur efficacité et que le nombre de cas chez le personnel soignant sera à la baisse d’ici les prochaines semaines. « Non seulement ils vont être mieux formés pour mettre leurs équipements, mais tout le monde en aura également. Ça va vraiment aider », ajoute l’analyste.

Une version antérieure de ce texte indiquait que 1020 membres du personnel du CIUSSS du Centre-Sud de Montréal avaient été infectés par la COVID-19, conformément à que ce qu’un porte-parole du CIUSSS nous avait indiqué en entrevue. Or, le CIUSSS nous a recontacté pour nous préciser que ce chiffre incluait les personnes malades et celles en isolement préventif. Le CIUSSS a confirmé que plus de 700 travailleurs ont été déclarés positifs.

Nombre de cas déclarés positifs par CIUSSS à Montréal

CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal  495 (sur un total de 12 500 employés)

CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal  124*

CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal  +700 (sur un total de 19 000 employés)

CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal  454 (sur un total de 15 000 employés)

CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal  277 (sur un total de 11 000 employés)

Source : données les plus récentes fournies par les établissements

* Selon les données disponibles du Ministère, fournies le 19 avril 2020