(Québec) Québec dépêche « de manière urgente » une part de ses 70 000 employés de la fonction publique vers les établissements de santé de la grande région de Montréal principalement.

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Le gouvernement utilise pour ce faire des pouvoirs qu'il s'est donné en vertu d'un arrêté ministériel adopté plus tôt dans la pandémie.

Des organismes ont déjà lancé le recrutement de volontaires dans la fonction publique à la demande du gouvernement.

« Le Secrétariat du Conseil du Trésor nous interpelle de manière urgente afin de permettre le redéploiement de certaines ressources en vue de prêter main-forte au réseau de la santé et des services sociaux aux prises avec des besoins importants », écrit par exemple la direction des ressources humaines de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), dans un message que La Presse a obtenu. Une source souligne que les CISSS et CIUSSS de Montréal, Laval, la Montérégie, les Laurentides et Québec ont besoin d’aide.

La RAMQ note que « ce redéploiement est jugé prioritaire par le gouvernement ». Elle encourage ses employés « à prendre part à ce grand élan collectif de solidarité ».

Le message précise que « le ministère de la Santé et des Services sociaux recherche, dans un premier temps, des gens qualifiés pour exercer des fonctions dans trois domaines jugés prioritaires, soit :

•La gestion des ressources humaines (conseillers en ressources humaines, techniciens en administration, agents de bureau et agents de secrétariat);

•L’entretien ménager, hygiène et salubrité;

•L’entretien de bâtiments (ouvriers spécialisés) ».

L’urgence est telle que les volontaires sont priés de signifier leur intérêt d’ici 14 h. Les ministères et organismes ne doivent maintenir que les services jugés indispensables.

De son côté, le Syndicat de la fonction publique du Québec demande que les fonctionnaires redéployés aient accès aux primes salariales de 4 % et 8 % annoncées par le gouvernement, que le matériel de protection soit disponible, qu’une formation soit donnée à ceux qui exerceront des tâches différentes de celles de leur poste actuel, et que des tests de dépistage de la COVID-19 soient faits avant que le personnel ne retourne dans les ministères et organismes.