La COVID-19 pourrait entraîner une augmentation du compte de taxes municipales pour les contribuables si Québec ne prend pas de mesures afin d’atténuer les répercussions sur le financement du transport collectif, estiment les cinq villes de l’agglomération de Longueuil.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Dans une lettre datée du 16 avril, les Villes de Longueuil, Brossard, Boucherville, Saint-Lambert et Saint-Bruno-de-Montarville réclament « un plan de sauvetage ». Elles interpellent le gouvernement Legault concernant les impacts de la pandémie qu’elles jugent « dramatiques ». La baisse d’achalandage de près de 90 % du transport collectif pourrait leur coûter entre 32 et 41 millions en 2020, une facture qu’elles pourraient refiler aux propriétaires résidentiels et commerciaux.

« Si cette somme n’est pas compensée par les gouvernements supérieurs, elle devra être compensée directement par une augmentation de la contribution municipale ce qui mettra en péril la stabilité financière de nos municipalités et les autres services essentiels que nous offrons à la population (police, incendie, eau potable et usée, etc.) », écrivent conjointement les cinq maires et mairesses en s’adressant au premier ministre François Legault ainsi qu’à la ministre déléguée aux Transports et responsable de la région métropolitaine, Chantal Rouleau.

L’évaluation de l’impact financier s’appuie sur les pertes de revenus tarifaires de 62 millions par mois à l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) qui assure la planification et le développement du transport collectif. Pour le territoire de l’agglomération de Longueuil, ces pertes équivalent à 6,2 millions par mois.

Les cinq villes rappellent au gouvernement que la loi leur interdit de faire un déficit et que le maintien d’une saine gestion des finances représente « un défi majeur dans le contexte actuel ». En conséquence, « toute dépense additionnelle pour les municipalités entraînera une augmentation du compte de taxes des citoyens », préviennent-elles.

Les élus du conseil d’agglomération de Longueuil se sont prononcés formellement la semaine dernière, en adoptant une résolution pour demander l’aide du gouvernement. On y souligne que l’ARTM a déjà amorcé des discussions avec Québec pour « d’éventuelles contributions financières ou autres mesures gouvernementales destinées à atténuer les impacts financiers » de la COVID-19.