(Québec) Vendredi, 7 h 30 tapantes. Le député libéral de Marquette et ex-hockeyeur professionnel Enrico Ciccone amorce la formation nécessaire pour être envoyé dans le réseau des CHSLD. Son affectation ? Nourrir les résidants, appeler les familles et faire la lessive. Il n’est pas le seul député appelé au front aujourd’hui.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Au bout du fil, M. Ciccone explique avoir levé la main quelques jours avant l’appel « d’urgence nationale » lancé mercredi par le premier ministre François Legault. « C’était le soir de mon anniversaire vendredi dernier. J’ai eu 50 ans. Et quand j’ai appris pour la résidence Herron vers 17 h 30 ou 18 h, ç’a été comme un coup de pelle en plein visage », admet-il.

La résidence Herron, où 31 personnes âgées sont mortes depuis le 13 mars, dont au moins 5 à cause de la COVID-19, se situe dans sa circonscription. « J’ai demandé à aller à Herron. On m’est revenu en me disant que c’était un établissement classé rouge, qu’on ne pouvait pas laisser entrer n’importe qui. J’ai demandé à faire de la maintenance autour de la bâtisse ou autre chose », explique-t-il.

Finalement, le député sera envoyé au CHSLD Nazaire-Piché, à Lachine. Le lien a été établi parce qu’il est, par son rôle de député de Marquette, en communication étroite avec la direction du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE 

Gaétan Barrette, député libéral de La Pinière

Son collègue Gaétan Barrette, qui est radiologiste, saute lui aussi dans l’arène vendredi. L’ex-ministre de la Santé dans le gouvernement de Philippe Couillard sera dans un CHSLD où il combinera les tâches de préposé aux bénéficiaires et d’infirmière. « J’y vais avec plaisir. Et franchement, le besoin d’aide est partout », a-t-il écrit sur Twitter.

« C’est la chose à faire »

La députée libérale de Maurice-Richard, Marie Montpetit, se porte également volontaire. Avant de faire de la politique, elle a notamment œuvré au Réseau de collaboration de recherche en soins de longue durée et au Centre d’épidémiologie clinique et de recherche en santé publique de l’Hôpital général juif de Montréal.

« Je n’ai pas encore le détail précis de mon affectation, mais ce sera dans un CHSLD de mon territoire, a-t-elle confié en entrevue. C’est la chose à faire. »

PHOTO FRANCIS VACHON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE 

Marie Montpetit, députée libérale de Maurice-Richard

Je vais au front pour mon monde, mes concitoyens […] les résidants qui sont dans ces CHSLD, ce sont mes citoyens, ce sont des gens que je connais. Pour moi, c’est une responsabilité.

Marie Montpetit, députée libérale de Maurice-Richard

Le député Enrico Ciccone abonde dans le même sens. « C’est dans mon éducation, j’ai été élevé selon [le principe] qu’il fallait toujours aider les plus faibles. Dans ma carrière de joueur de hockey, c’était ça aussi, tu te bats pour les autres. Ma famille s’est élargie à 70 000 personnes », a-t-il ajouté, faisant allusion aux citoyens de sa circonscription.

Dans le cas de Mme Montpetit, elle a choisi de se placer en quarantaine préventive, éloignée de sa fille, le temps qu’elle sera en CHSLD.

À la Coalition avenir Québec, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, qui est neurologue, n’exclut pas non plus d’aller prêter main-forte sur le terrain, mais sa tâche ministérielle limite ses activités, a-t-on indiqué.

Québec solidaire et le Parti québécois n’ont pas de députés qui iront directement dans les CHSLD pour l’instant, mais les deux formations politiques assurent que le travail ne manque pas dans leurs circonscriptions. Par ailleurs, leur députation est davantage en région éloignée, où les besoins sont moins grands dans le réseau.

« Certains se sont posé la question, mais au final, ils et elles se sentent tout aussi utiles – et mieux formés – à régler les problèmes de leurs concitoyens dans leur comté », a fait savoir l’attachée de presse de Québec solidaire, Simone Lirette.