(Québec) François Legault a pris une part de responsabilité vendredi dans la crise sanitaire qui secoue des CHSLD du Québec, où les morts de la COVID-19 se multiplient dans un contexte de manque de personnel.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

Le premier ministre a reconnu qu’il aurait dû hausser avant la crise le salaire des préposés aux bénéficiaires. Il manque actuellement 1800 employés dans les CHSLD, a annoncé M.  Legault, qui appelle depuis des jours volontaires et médecins en renfort.

Depuis « plusieurs jours, plusieurs nuits », M.  Legault réfléchissait à la terrible situation dans les CHSLD, fortement frappés par la pandémie. Aurait-il pu agir différemment pour prévenir la situation ? s’est-il demandé.

Le premier ministre a rappelé s’être engagé à réinvestir 245 millions dans les CHSLD. Mais les salaires des préposés – entre 20,55 $ et 22,35 $ de l’heure – n’ont pas été augmentés. Résultat ? Plusieurs postes affichés n’ont pas été comblés, faute d’intéressés.

« Aujourd’hui, je l’avoue puis je prends la pleine responsabilité, je pense que si c’était à refaire, il aurait fallu que j’augmente plus vite les salaires des préposés aux bénéficiaires, même sans l’accord des syndicats », a laissé tomber François Legault, dans une déclaration qui a froissé tant la CSN que la FTQ.

« On est rentrés dans cette crise mal équipés, a-t-il reconnu. Et, évidemment, la situation s’est détériorée pour toutes sortes de raisons. Le virus est entré et on est rendus à 1800 personnes qui sont absentes dans les CHSLD, donc ça vient s’ajouter au problème qu’on avait déjà avant la crise. »

Le premier ministre a expliqué qu’il avait tenté de négocier avec les syndicats une hausse de salaire ciblée notamment pour les préposés et les enseignants du primaire et du secondaire. Mais ceux-ci selon lui voulaient des augmentations similaires pour tous leurs membres de la fonction publique.

« Il n’y a pas eu, nécessairement, une réaction très positive de la part des syndicats », a expliqué M.  Legault. Selon lui, dans l’histoire du Québec, « que ce soient les libéraux ou les péquistes », les conventions collectives des employés de l’État sont décidées pour « tout le monde, la même augmentation ».

« Nous on veut des plus grosses augmentations pour certains groupes, ça ne sera pas nécessairement facile », a-t-il ajouté.

Même s’il a répété « prendre l’entière responsabilité », le premier ministre semblait conscient que son message déplairait aux syndicats. « Moi, ce n’est pas mon premier choix d’être en guerre avec les syndicats », a-t-il pris soin d’ajouter.

Objectif : 25 $ de l’heure

Tant la CSN que la FTQ ont mal réagi à la sortie de M.  Legault. À la CSN, on a expliqué que si le premier ministre était prêt à payer les préposés au dernier échelon, soit après cinq ans d’ancienneté, 25 $ de l’heure, « ça pourrait se régler en quelques jours ».

« Nous, on trouve que 25 $ de l’heure après cinq ans c’est raisonnable, ce n’est pas exagéré. Demandez-lui au premier ministre. Qu’il se prononce sur le 25 $ de l’heure. Est-ce que c’est exagéré selon lui ?  », a demandé Jeff Begley, président de la FSSS-CSN, qui représente 30 000 préposés aux bénéficiaires du secteur public. « Qu’il ne dise pas que c’est la faute des syndicats !  »

La FTQ s’est dite « ulcérée » par les propos de François Legault. « Ben oui, c’est la faute des syndicats si les préposées aux bénéficiaires sont sous-payées… on se croirait au festival Juste pour rire », a illustré Daniel Boyer, président de la FTQ, dans un communiqué.

Près de 5000 volontaires

Le premier ministre a reconnu qu’il aurait pu agir sans l’accord des syndicats et hausser les salaires des préposés par décret. Mais ça n’a pas été fait.

En pleine crise de la COVID-19, Québec a donc annoncé début avril une prime temporaire de 8 % aux préposés du système public et de 4 $ de l’heure au privé. Mais il faudra trouver une solution permanente, a admis François Legault.

Pour l’instant, le gouvernement a réussi à recruter 4676 volontaires par le biais du site Je contribue ! En tout, 51 957 personnes avaient proposé leur aide en date de jeudi soir. De ce nombre 29 345 ont été contactés et 6773 embauchés.

« Il y en a 2097 qui se sont désistés de notre embauche. Donc, on a aujourd’hui 4676 personnes qui se sont inscrites sur Je contribue ! qui travaillent actuellement dans notre réseau », a détaillé le premier ministre.

« La priorité, là, est qu’il meure le moins possible de monde dans les CHSLD dans les prochains jours », a rappelé le premier ministre

« Après, on pourra trouver des coupables parce que le problème, il n’a pas commencé avec l’arrivée du gouvernement de la CAQ, assuré M.  Legault. Ça fait beaucoup d’années qu’on sait qu’il y a un manque de personnel dans les CHSLD. »