L’actuelle crise sanitaire fait pression sur les finances de la Ville de Montréal qui procède actuellement à une révision budgétaire pour l’année en cours, ce qui implique une participation financière du gouvernement du Québec aux dépenses relatives à la COVID-19, soutient le président du comité exécutif, Benoit Dorais.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Différents scénarios sont présentement à l’étude pour revoir les prévisions de revenus et de dépenses. Aucune précision n’a toutefois été apportée mercredi alors que M. Dorais présentait le rapport annuel pour l’exercice financier de Montréal s’étant terminé le 31 décembre 2019. Chose certaine, Montréal travaille sur deux fronts, s’est-il borné à dire. « Il est trop tôt pour mettre des chiffres, mais on a l’ampleur et il est important. On ne se le cache pas », a affirmé Benoit Dorais.

On s’attend à ce que le gouvernement du Québec prenne une partie des dépenses comme dans n’importe quelle crise

Benoit Dorais, président du comité exécutif, Ville de Montréal

Ce dernier a dit vouloir se montrer rassurant à l’égard de la population sans toutefois s’engager à un gel ou même à une réduction des taxes foncières pour 2021. Il a également indiqué qu’il n’y a aucune inquiétude à avoir concernant le transport en commun malgré la chute de fréquentation du métro et des autobus.

« Les services doivent être maintenus et on comprend très bien la situation financière dans laquelle les Montréalais et Montréalaises sont. C’est ce qui nous guide et qui va continuer à nous guider dans toutes les mesures qu’on met en place et pour lesquelles on est en analyse ou en négociation avec le gouvernement du Québec. »

Jusqu’à maintenant, M. Dorais estime que la COVID-19 a entraîné des dépenses imprévues de quelque 4 millions (gants, masques, désinfectant, par exemple) ce qui s’ajoute à différentes mesures dont une enveloppe de 40 millions d’aide aux entreprises. Et c’est sans compter sur le temps supplémentaire payé aux policiers ainsi qu’au Service sécurité incendie de Montréal. « Le coût est évolutif », a affirmé M. Dorais.

Surplus de 251 millions

Avant que ne survienne la COVID-19, la vigueur du marché immobilier a généré des revenus supplémentaires de plus de 120 millions pour la Ville de Montréal l’année dernière, soit 94,6 millions en droits de mutation et 26,3 millions pour l’émission des permis de construction.

Il s’agit d’un des éléments qui ressort des états financiers de Montréal. Ces revenus supplémentaires contribuent à l’excédent non consolidé des activités de fonctionnement de la Ville, qui s’élève à 250,9 millions. L’excédent correspond à 4,4 % des revenus globaux de Montréal.

L’excédent de 250,9 millions est attribuable aux revenus de la municipalité, c’est-à-dire à des compétences locales ainsi qu’à ceux générés par l’agglomération (Montréal et les villes liées). Ainsi, 191 millions proviennent des compétences locales. Il s’agit d’une baisse par rapport à 2018 où un excédent de 228,3 millions avait été enregistré. Pour ce qui est de la portion issue de l’agglomération, on compte 59,9 millions en 2019 comparativement à un déficit de 15,6 millions en 2018.

En 2019, les revenus de Montréal se sont élevés à 5,7 milliards, en hausse de 143 millions par rapport à l’année précédente. Quant aux dépenses, elles se situaient à 5,4 milliards. Il s’agit d’une baisse de 108 millions par rapport à 2018.

Pour l’opposition officielle (le parti Ensemble Montréal), les états financiers rappellent surtout que l’administration Plante devra faire « des choix déchirants ». Rien ne peut être écarté dans l’immédiat : services municipaux, projets de développement, mises à pied de personnel.

Ça va coûter cher aux Montréalais

Alan DeSousa, Ensemble Montréal

Avant de réclamer quoi que ce soit aux gouvernements provincial et fédéral, la Ville doit dresser un portrait de la situation en établissant notamment le manque à gagner, estime le porte-parole en matière de finances pour l’opposition officielle et maire de l’arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa. Ce dernier souhaite une présentation des nouvelles projections budgétaires lors du prochain conseil municipal de lundi prochain.