(Québec) Les leaders parlementaires des partis d’opposition ont envoyé lundi une lettre commune au gouvernement de la Coalition avenir Québec pour lui demander de mettre en place « quatre périodes d’échanges virtuels et publics de quelques heures entre certains ministres interpellés par la crise et des députés de l’opposition » d’ici à une reprise des travaux parlementaires, qui pourrait survenir le 5 mai.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

« Alors qu’émergent des débats de société importants, il nous apparait essentiel de relancer le débat démocratique », ont-ils écrit.

L’Assemblée nationale a suspendu ses travaux le 17 mars dernier jusqu’au 21 avril en raison de la pandémie de COVID-19. Les enjeux qui marqueront l’avenir du Québec quant à sa relance méritent toutefois d’être débattus de manière publique et transparente, jugent les partis d’opposition.

« L’Assemblée nationale n’est pas un obstacle à une gestion responsable de la crise actuelle », ont-ils écrit.

À son point de presse quotidien, lundi, le premier ministre François Legault a semblé rejeter cette proposition.

« Je ne pense pas que ça serait une bonne idée, que ça soit par conférence ou d’une autre méthode, de prendre des heures [aux ministres] pour répondre aux questions pour l’instant », a-t-il dit.

« Je pense que je le fais ici une fois par jour, de répondre aux questions. Je suis certain que les chefs de l’opposition pourraient vous en passer quelques-unes », a-t-il ajouté en s’adressant aux journalistes.