Samedi après-midi, après l’épisode du CHSLD Herron, une autre résidence privée fait état d’un triste bilan confirmé par le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal. La Résidence Les Floralies, située à LaSalle, dénombre 12 morts et 10 personnes atteintes de la COVID-19 parmi ses résidants.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Sur place, Michael McCormack repart bredouille, en proie à la confusion. Venu porter un bouquet de fleurs à la réception, on lui dit qu’on n’accepte plus les cadeaux.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Venu porter un bouquet de fleurs à la réception La Résidence Les Floralies, pour sa tante, Michael McCormack est reparti bredouille.

Il n’a pas été mis au courant de la situation dans le CHSLD où réside sa tante. La nouvelle des multiples décès et des occupants infectés le met en état de choc.

Thérèse Caron n’a pas échappé au virus. La dame de 82 ans quittera la résidence Les Floralies de LaSalle en ambulance en fin de soirée.

Sa petite-fille Kathy Magoon est dans tous ses états. Thérèse Caron ne répondait pas ou très peu à ses messages textes. Quelques semaines auparavant, elle avait averti sa petite-fille qu’une femme qui logeait au même étage qu’elle avait contracté la COVID-19. On ne lui donnait aucune nouvelle de sa grand-mère ni ne l’informait qu’il y avait des cas confirmés. Elle a dû insister pour découvrir la vérité. Difficultés respiratoires, confusion, fatigue : l’état de santé de Mme Caron se détériore et elle ne mange presque plus depuis quelques jours. Elle a perdu l’appétit. 

J’ai longtemps appelé la résidence sans avoir de réponse. J’appelais deux fois par jour. J’appelais l’infirmière, toujours pas de réponse. On ne me rappelait pas.

Kathy Magoon, petite-fille de Thérèse Caron

Quand elle parvient à parler à sa grand-mère samedi, Mme Magoon la sent extrêmement confuse. « Elle m’a dit qu’elle se sentait maganée […] Elle semblait exténuée. Elle avait de la misère à respirer. Elle me dit qu’elle ne faisait que dormir. » 

Peu après cet appel, elle exige qu’une infirmière vérifie l’état de sa grand-mère. On lui dit qu’une visite sera faite plus tard dans la soirée. Elle insiste : il faut que quelqu’un s’occupe de Mme Caron immédiatement. Quelques heures plus tard, celle-ci est transférée à l’hôpital. « Tout ça s’est fait trop tard. Et voilà que j’apprends aux nouvelles aujourd’hui qu’il y a plusieurs cas et 12 morts. Je n’étais pas au courant », raconte Mme Magoon, furieuse.

La mise en place de mesures pour éviter la propagation de la maladie a tardé, estime-t-elle. « Avant le 23 mars, tous les aînés mangeaient dans la même salle, sans distanciation. » Les choses ont changé quand une autre résidante du même étage a été déclarée positive.

« Il y a une infirmière de soir pour tout l’étage. Visiblement, elle passe la médication à chaque personne de l’étage. S’il y a une personne atteinte, ça se transmet », lance-t-elle. L’établissement n’a pas pris ses responsabilités, juge-t-elle.

À sa connaissance, il n’y avait pas de cas de négligences graves envers les résidants.

Manque de personnel ?

Un médecin de la Direction régionale de santé publique ainsi qu’une équipe d’infirmières volontaires ont été appelés au CHSLD en renfort samedi. Une membre de cette équipe de soutien se trouvait devant l’édifice samedi soir. À bout de souffle et pressée d’entrer, elle a poliment refusé toute demande d’entrevue tout en enfilant rapidement un masque chirurgical.

Le centre pour aînés Floralies LaSalle comprend 232 places, dont 78 en CHSLD privé et 27 en ressources intermédiaires. Chez les employés interrogés par La Presse, on évoque avec nervosité un manque de personnel. Des préposés et infirmières, certaines plus âgées, ont quitté les lieux de crainte de contracter la maladie dans un contexte où l’équipement de protection se faisait rare. La situation se serait rétablie depuis, nuance un employé. Il a préféré garder l’anonymat puisqu’il n’était pas autorisé à s’adresser aux médias. À sa connaissance, il y a maintenant suffisamment d’équipement ainsi que du nouveau personnel.

Au téléphone avec La Presse, la directrice générale de la résidence de LaSalle, Marie-Rose Nkurunziza, a refusé tout commentaire. « On est en train de donner des soins. Notre préoccupation en ce moment, ce sont les résidants », a-t-elle dit. 

En point de presse samedi, le premier ministre François Legault et la ministre de la Santé Danielle McCann ont précisé que tous les CHSLD privés non conventionnés allaient être visités.