Au moins deux employés de la Direction de la santé publique de Laval sont infectés par la COVID-19, ce qui a forcé le directeur, le DJean-Pierre Trépanier, à prévenir le personnel de « surveiller l’apparition de symptômes jusqu’au 17 avril 2020 », selon un document interne envoyé dimanche, dont La Presse a obtenu copie.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

« Il y a un risque faible de transmission de la COVID-19 à la Tour A du CLSC et au centre de services ambulatoires Chomedey. Les personnes ont pu être exposées du 26 mars au 3 avril 2020 inclusivement », indique la lettre transmise aux employés, signée par le DTrépanier.

Selon un employé, qui a demandé de conserver l’anonymat, 70 personnes travaillent chaque jour très près les uns des autres pour mener des enquêtes et appeler les contacts des malades atteints de la COVID-19, « malgré le fait que tout le travail des enquêteurs aurait pu se faire en télétravail, et malgré les recommandations répétées du DArruda à cet égard. Cette option est toujours impossible à ce jour à la DSP de Laval ».

Plusieurs membres du personnel ne se seraient pas présentés au travail lundi matin, de crainte d’être contaminés.

« Les employés testés positifs et les personnes en contact étroit avec eux ont été retirés du travail », explique Judith Goudreau, porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval, dans une réponse transmise par courriel.

Elle rappelle que le virus se propage maintenant dans toute la communauté, et que toute la population est donc à risque.

La plupart des employés du CISSS effectuent leurs tâches grâce au télétravail. « Mais pour certains types d'emploi, il n'est pas possible de le faire pour une question de confidentialité des dossiers », explique Mme Goudreau. « Par contre, dans les milieux de travail, plusieurs changements ont été mis en place (distanciation sociale, nettoyage, quart de travail, sens unique dans les corridors, etc.). »