Des leaders juifs hassidiques de Montréal s’inquiètent de voir leur communauté désignée comme « bouc émissaire » dans le cadre de la pandémie de COVID-19 et lancent un appel à l’unité face à la maladie.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Un porte-parole du Conseil juif hassidique du Québec, Max Liebermann, a tenu un point de presse extérieur vendredi, à côté d’une synagogue de la rue Bernard qui a reçu la visite des policiers jeudi soir. Les policiers avaient été alertés par les pompiers, qui croyaient avoir détecté une réunion à l’intérieur en dépit des consignes sanitaires. Lorsqu’ils sont arrivés sur place, il n’y avait pas de groupe à l’intérieur.

« Il n’y avait pas de réunion ici », a déclaré Max Liebermann. Tout au plus, deux personnes sont venues dans la synagogue pendant la soirée. Plusieurs juifs hassidiques se trouvaient toutefois dans la rue ou la ruelle autour, ce qui a pu contribuer à la confusion, selon le Conseil.

« C’est la troisième fois dans la dernière semaine. La police est entrée dans trois synagogues. Chaque fois, ils ont trouvé la synagogue vide », a martelé le porte-parole.

M. Liebermann dit que les leaders de la communauté collaborent aux efforts pour éviter la propagation du virus. Ils n’ont aucun problème à ce que la police intervienne si « une minorité » de juifs hassidiques déroge aux règles de santé publique.

« Mais en même temps, nous ne voulons pas devenir les boucs émissaires », dit-il, en ajoutant que la COVID-19 « n’est pas un virus religieux, c’est un virus laïc ».

« Après la crise, nous avons encore une société et nous devons encore vivre ensemble », a-t-il souligné.

Les différents groupes juifs hassidiques du Québec sont particulièrement touchés par la maladie en ce moment. La tenue de mariages importants au cours des dernières semaines, de même que les liens étroits avec la communauté hassidique de New York et les célébrations entourant la fête du Pourim, les 9 et 10 mars, sont des facteurs qui ont été cités pour expliquer la propagation de la COVID-19.

À Boisbriand, la communauté hassidique Tosh de Boisbriand, qui a historiquement peu de contacts avec les communautés hassidiques de Montréal, a été placée en quarantaine par les autorités de la santé publique.

Un des plus importants hommes d’affaires hassidiques de Montréal, Michael Rosenberg, patron de l’entreprise Rosdev, est par ailleurs hospitalisé aux soins intensifs dans la foulée du mariage de sa nièce.