L’Association médicale canadienne affirme que la pénurie de masques et de fournitures de protection est beaucoup plus importante que ce qui était anticipé et met la vie des fournisseurs de soins en péril.

Ariane Lacoursière
Ariane Lacoursière La Presse

Dans un communiqué émis jeudi après-midi, l’AMC qui est le porte-parole national de la profession médicale au Canada, demande des mesures d’urgence pour corriger la situation.

L’organisme dit avoir sondé plus de 5000 médecins canadiens en 48 heures. Plus du tiers des médecins travaillant en cabinet ou en clinique sans rendez-vous ont dit qu’ils manqueraient de « masques de protection respiratoire N95, de protecteurs oculaires et faciaux, et de
lunettes de sécurité dans deux jours ou moins, ou que les inventaires sont déjà épuisés », écrit l’AMC dans son communiqué.

L’organisme écrit aussi que « d’une manière générale, les médecins en milieu hospitalier ignorent combien de temps les inventaires actuels vont durer, et de nombreux répondants ont dit avoir reçu la directive de rationner les fournitures. »

« Nous reconnaissons que les gouvernements, partout au pays, traitent cet enjeu en priorité, mais nous assistons actuellement à une véritable crise, a déclaré le Dr Sandy Buchman, président de l’AMC. Il est irresponsable de demander aux travailleurs de la santé d’être en première ligne de cette pandémie sans l’équipement approprié, et il faut immédiatement remédier aux pénuries. Des vies humaines sont en jeu. »

Dans son point de presse quotidien tenu à 13 h jeudi, le premier ministre du Québec, François Legault, a dit avoir reçu quelques commandes de masques, de gants et de blouses. « C’est vrai que ça arrive un peu à la miette, mais on est toujours autour d’une semaine, donc sept jours d’inventaire. Puis ça continue d’arriver dans les prochains jours », a-t-il dit.