Au milieu du confinement général, ils continuent à se rendre sur leur lieu de travail pour assurer le bon fonctionnement de la société. Chaque jour, nous vous présentons une de ces personnes dévouées qui font la différence. Aujourd’hui, une éducatrice qui prend soin des enfants de ceux qui prennent soin des malades.

Émilie Bilodeau
Émilie Bilodeau La Presse

Marie Caron joue, dessine et chante pendant la pandémie de COVID-19. Son emploi a l’air amusant ; il est surtout essentiel puisqu’elle occupe un poste d’éducatrice à La petite caserne, un service de garde d’urgence.

Mme Caron s’occupe de trois enfants, de 2 à 4 ans, dont les parents travaillent dans des hôpitaux, auprès de patients atteints de la COVID-19. Malgré la situation de crise, les petits se présentent toujours à leur garderie dans la bonne humeur.

« Ils ne m’ont pas posé de questions sur le virus. Ils arrivent ici avec le sourire et ont l’air de n’avoir aucune inquiétude », souligne-t-elle.

Il faut dire que l’éducatrice essaie tant bien que mal de conserver une routine stable pour ces trois enfants. Chansons, bricolages, collations, sorties dans la cour du centre de la petite enfance, jeux libres… toutes les activités sont maintenues. Mais des mesures de sécurité très strictes ont aussi été adoptées. « Disons que la désinfection et le lavage de mains se font au centuple en ce moment », raconte Mme Caron. Autre mesure : les parents ne peuvent plus entrer dans la garderie pour éviter qu’ils ne contaminent les lieux.

Marie Caron sait très bien qu’elle pourrait être exposée à la COVID-19 en s’occupant de ces enfants. Mais son devoir de citoyenne surpasse ses craintes.

« C’est mon choix d’être ici. J’ai à cœur le bien-être de ces enfants. Si je n’étais pas là, il arriverait quoi avec ceux qui doivent soigner les malades ? »