(OTTAWA) Le gouvernement Trudeau se dit prêt à déployer des soldats des Forces armées canadiennes pour appuyer les provinces dans leurs efforts visant à faire respecter les directives de confinement de leur population sur leur territoire respectif.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Pour l’heure, aucune province n’a réclamé le déploiement de soldats, a indiqué dimanche le premier ministre Justin Trudeau durant sa conférence de presse quotidienne. Mais la situation continue d’évoluer rapidement et Ottawa est tout à fait disposé à mobiliser les troupes si nécessaire, a-t-il affirmé.

Samedi, le Québec a décidé d’ériger des barrages policiers sur certains axes routiers afin
de « contrôler les allées et venues » d’une région à l’autre et refouler tous ceux dont le déplacement n’est pas essentiel. Il s’agit d’une autre mesure prise par le gouvernement Legault pour freiner la propagation de la COVID-19.

« Depuis le début, on se prépare à différents scénarios. […] Nos forces armées seront toujours là pour aider les Canadiens. Nous allons continuer de travailler avec les autorités régionales pour répondre à des situations d’urgence qui pourraient survenir. Nous allons prendre cela un jour à la fois », a indiqué M. Trudeau, sans vouloir donner plus de détails.

Le premier ministre a tenu ces propos après avoir annoncé des investissements pour soutenir les organismes qui viennent en aide aux plus vulnérables durant cette crise de la pandémie de la COVID-19, soit les jeunes, les personnes âgées, les personnes sans abri et les personnes qui fuient la violence.

Le gouvernement fédéral versera donc somme de 7,5 millions de dollars de financement supplémentaire à l’organisme Jeunesse, J’écoute pour que les jeunes
aient le soutien nécessaire en matière de santé mentale pendant ces moments difficiles.

Pour ce qui est des personnes âgées, M. Trudeau a indiqué qu’Ottawa accordera une aide de neuf millions de dollars à Centraide afin d’offrir des services comme la livraison de produits d’épicerie, de médicaments ou d’autres articles nécessaires.

En fin, le gouvernement fédéral investira une somme additionnelle de 157,5 millions de dollars pour répondre aux besoins des Canadiens qui vivent en situation d’itinérance. Ottawa versera aussi jusqu’à 50 millions de dollars à des refuges pour femmes et des centres d’aide aux victimes d’agression sexuelle, notamment dans les communautés autochtones.

« La pandémie de la COVID-19 frappe tous les Canadiens, mais certaines personnes et certaines communautés sont plus à risque de souffrir de ses conséquences. C’est pourquoi il est important de rester en communication les uns avec les autres et de veiller à ce que tout le monde se sente en sécurité et soutenu pendant ces moments incertains. L’annonce d’aujourd’hui aidera les Canadiens les plus vulnérables et fera en sorte que nos organisations communautaires aient les ressources nécessaires pour offrir leurs services essentiels aux personnes les plus à risque », a affirmé M. Trudeau.

Le premier ministre a aussi indiqué que le pont Samuel-De Champlain sera illuminé dimanche soir des couleurs de l’arc-en-ciel, devenu le symbole qu’affichent de nombreux Canadiens dans les fenêtres de leur domicile pour encourager les gens de leur quartier que des jours meilleurs sont à venir.          

Trudeau reste en isolement

Justin Trudeau a aussi indiqué dimanche qu’il demeurerait en isolement pour le moment malgré la guérison de son épouse Sophie Grégoire, qui avait été contaminée par le coronavirus.

PHOTO STEPHANE MAHE, REUTERS

Sophie Grégoire Trudeau

M. Trudeau a expliqué que, même si son épouse et lui avaient pris des précautions, il avait vécu sous le même toit qu’une personne « qui jusqu’à il y a quelques jours avait la COVID-19 » et qu’il « aurait pu l’attraper ».

« Je dois donc continuer à rester en isolement », le temps de s’assurer qu’il n’a pas contracté le virus, ce qui pourrait prendre jusqu’à 14 jours, a indiqué M. Trudeau au cours de son point de presse quotidien.

« On arrive à coordonner et à faire le travail nécessaire » pour le bon fonctionnement du gouvernement, a-t-il assuré en soulignant qu’il suivait les recommandations des spécialistes de la santé et appliquait ce qu’il demande de faire à ses concitoyens.

Le premier ministre avait dû se mettre en isolement et au télétravail dans sa résidence lorsque Sophie Grégoire Trudeau avait été testée positive au coronavirus, le 12 mars, au retour d’un déplacement à Londres.

Elle a annoncé samedi soir qu’elle était guérie et avait reçu le feu vert des médecins.

- Avec l’Agence France-Presse