(Victoria) La COVID-19 menace la santé des Canadiens, mais pour certaines personnes, la pandémie galvanise leur crainte qu’il s’agit d’une stratégie gouvernementale pour miner la liberté, selon des experts qui étudient les théories du complot.

Dirk Meissner
La Presse canadienne

Les attaques terroristes, les désastres naturels, les effondrements de l’économie et la pandémie actuelle de la COVID-19 sont des événements qui alimentent les théories du complot, selon le sociologue de l’Université de Victoria Edwin Hodge, qui étudie l’extrême droite.

« Simplement croire que c’est un accident ne suffit pas, a dit M. Hodge. Une des choses que je constate, c’est ce que ces théories offrent une forme d’ordre dans un contexte chaotique. »

Il a ajouté que cela était vrai autant d’un point de vue politique que social.

Les gouvernements ont fermé l’accès aux espaces publics et privés, demandé la pratique d’éloignement physique et exigé des quarantaines volontaires de 14 jours pour les voyageurs afin de ralentir la propagation de la COVID-19. Ces mesures seront perçues par certains comme des tactiques de contrôle, croit M. Hodge.

« Ce qu’ils comprennent, c’est que les droits constitutionnels n’ont plus d’importance, a dit M. Hodge. Nous allons maintenant séparer et isoler les gens et c’est comme ça qu’on va vous avoir. »

Selon David Black, un spécialiste des théories de la communication à l’Université Royal Roads, à Victoria, au moment où la planète entière est touchée par la pandémie, une bataille pour la vérité se poursuit cependant que nous vivons dans une ère où les faits et l’information sont souvent tordus.

« La post-vérité, c’est n’est pas le mensonge, a-t-il dit. La post-vérité, c’est que nous n’en faisons plus un plat. Nous sommes devenus indifférents aux faits, aux preuves, à la logique. Et alors que nous avons besoin de faits, de preuves, de logique et de vérité pour partager des informations afin de combattre une maladie qui pourrait affecter et tuer de nombreuses personnes, nous ne sommes pas prêts culturellement à recevoir les informations dont nous avons besoin. »

M. Black a ajouté que les théories du complot entourant le nouveau coronavirus pouvaient provoquer de la peur, des préjugés et des actions irrationnelles. Il a toutefois rappelé que les preuves et la vérité étaient les outils pour combattre ces théories.

Les déclarations du premier ministre Justin Trudeau et des responsables de la santé à travers le pays fournissent les informations nécessaires pour combattre ces théories.

« Elles offrent une vision sobre de la situation et des informations. Ce sont des personnes en position de contrôle pouvant lutter contre des comportements irrationnels », a mentionné M. Black.

M. Hodge a rappelé que la pandémie forçait les gens à réfléchir de manière critique aux informations reçues.

« Il est difficile de voir des éléments positifs dans la situation actuelle, mais elle peut encourager les gens à réévaluer leurs sources d’informations, a-t-il affirmé. Nous vivons une situation très stressante et on nous demande d’évaluer les informations dans des conditions extraordinaires. »