(Québec) Après avoir suspendu plusieurs services comme les piscines et les bibliothèques pour ralentir la pandémie, la Ville de Québec a annoncé la mise à pied de 2000 employés depuis la semaine dernière.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

« On ne pouvait pas continuer à payer des gens pour lesquels on n’avait pas de travail, a expliqué en conférence de presse mardi le maire de Québec. En toute justice pour ceux et celles qui payent des taxes, on a pensé qu’on ne pouvait pas garder à notre emploi des gens à qui on ne pouvait donner de travail. »

Ces 2000 employés représentent 27 % des effectifs municipaux, a précisé Régis Labeaume. Il s’agit de fonctionnaires non réguliers, cols bleus et cols blancs. Certains travaillaient à temps plein.

« Je dis aux 2000 personnes qu’on a dû mettre à pied, on est désolés. Mais on pense que c’est équitable pour ceux et celles qui payent vos salaires », a continué M. Labeaume.

« On espère vous réembaucher éventuellement quand on remettra en marche les services de la Ville, a-t-il dit. Mais on verra pour le reste. On ne sait pas nous-mêmes de quoi sera faite la prochaine semaine, ou le prochain mois. »

La Ville appréhende une baisse de ses revenus. Les autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC) transportent seulement 20% de la clientèle habituelle, a indiqué le maire Labeaume. « C’est moins de revenus », dit-il.

Québec s’attend aussi à une baisse de l’argent récolté grâce aux droits de mutation, la fameuse « taxe de bienvenue ». « Il va se faire moins de transactions immobilières », croit le maire.

Pas de mises à pied prévues à la Ville de Montréal

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

La mairesse de Montréal, Valérie Plante

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

À Montréal, aucune mise à pied n’est prévue mais la mairesse Valérie Plante n’exclut pas cette possibilité « si ça dure plusieurs mois ». « Il est possible qu’on en arrive là mais en ce moment, ce n’est pas le scénario que je privilégie. […] Ce que je souhaite, c’est de garder mon monde le plus longtemps possible. Il faut que ce soit fait de façon intelligente et progressive si on devait le faire », a affirmé la mairesse en marge d’une conférence de presse mardi à l’hôtel de ville.

Jusqu’à maintenant, la Ville de Montréal a surtout misé sur le télétravail pour ses employés qui peuvent travailler à distance. Pour les autres fonctionnaires, la Ville les utilise à d’autres tâches, notamment pour soutenir la banque alimentaire Moisson Montréal ou effectuer le déménagement prévu pour les personnes en situation d’itinérance.

Jeudi dernier, le directeur général de la Ville, Serge Lamontagne, a retourné à la maison tous les employés jugés non-essentiels. Dans une note interne, M.  Lamontagne indiquait qu’« aucune mise à pied en raison de la COVID-19 n’est prévue ». « Des exceptions sont envisageables pour certains employés dont les mises à pied sont saisonnières ou associées à la fin de certaines activités normales », écrivait le directeur général.

« Quand je dis que la ville roule au ralenti, c’est vrai. Mais on est déjà en train de préparer les projets parce que le jour où ça reprend, on sera prêt », a précisé mardi Valérie Plante.