(Ottawa) Un plus petit nombre de députés sera rappelé mardi à la Chambre des communes pour adopter les mesures économiques d’urgence annoncées par le gouvernement Trudeau.

Catherine Lévesque
La Presse canadienne

Le président de la Chambre des communes, Anthony Rota, a confirmé que les élus seront attendus le mardi 24 mars, dès midi, afin d’étudier les mesures liées à la pandémie de la COVID-19.

Le gouvernement fédéral entend verser 27 milliards en aide directe pour les travailleurs et les entreprises touchés par la COVID-19, en plus de laisser jusqu’à 55 milliards en marge de manœuvre aux Canadiens avec le report des impôts.

Les travaux de la Chambre des communes ont été suspendus jusqu’au 20 avril, mais il était prévu qu’elle puisse être rappelée.

Le leader parlementaire du gouvernement, Pablo Rodriguez, avait indiqué dans la dernière semaine qu’il avait eu la collaboration des partis d’opposition pour faire adopter les lois « nécessaires pour aider l’ensemble des Canadiens » dans les plus brefs délais.

Il avait alors mentionné que la Chambre des communes aurait besoin d’un quorum d’au moins 20 députés, incluant le président. Le nombre de députés pourrait être un peu plus élevé et reflétera la composition de la Chambre.

Samedi, tard en soirée, 444 Canadiens qui étaient au Maroc sont arrivés à Montréal à bord d’un vol commercial d’Air Canada.

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a également tweeté samedi qu’il avait discuté avec ses homologues en Australie, au Brésil, en Allemagne, au Maroc, au Pérou, en Turquie et au Royaume-Uni sur la nécessité de rapatrier les citoyens à l’étranger, y compris ceux qui se trouvent sur des bateaux de croisière.

Selon le compte-rendu, ils ont « souligné l’importance de maintenir la circulation des biens, des fournitures et des services essentiels pendant la crise actuelle et le besoin crucial d’une réponse rapide et efficace pour aider à stabiliser et à protéger les économies mondiales ».

Pendant ce temps, au Canada, certaines régions ont commencé à fermer leurs portes même aux Canadiens.

Les Territoires du Nord-Ouest ont fermé leurs frontières à tout voyage non essentiel.

Depuis samedi, Terre-Neuve-et-Labrador et l’Île-du-Prince-Édouard exigent à quiconque arrivant d’une autre province de s’isoler pendant 14 jours. Dimanche, la Nouvelle-Écosse a emboîté le pas à ce chapitre.

Le premier ministre de la province, Stephen McNeil, a déclaré l’état d’urgence. La province interdit dorénavant les rassemblements de plus de cinq personnes et demande à la police de renforcer ces mesures avec des amendes salées et des arrestations.

Nouveaux cas

Au Canada, il y avait, dimanche matin, plus de 1300 cas confirmés de personnes atteintes de la COVID-19 et 19 personnes en sont décédées, selon les données de Santé-Canada publié à 9 h.

Mais ces données gonfleront vraisemblablement au cours de la journée.

Ainsi, la Nouvelle-Écosse a annoncé qu’elle comptait 28 cas sur son territoire.