Nouvelle journée, nouvelle consigne. Le premier ministre François Legault demande aux Québécois de ne plus voyager « d’une région à l’autre » afin d’éviter la propagation de la COVID-19 dans la province. Et après les adolescents, il donne un avertissement aux aînés citant Jean-Pierre Ferland : « Envoye à maison ! ». Bilan.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Le bilan passe à 121

Le nombre de personnes infectées à la COVID-19 passe de 94 à 121 au Québec. De ce nombre, sept personnes sont hospitalisées. On ne compte toujours qu’un seul décès dans la province : celui d’une femme âgée de Lanaudière – confirmé mercredi. Il n’est pas étonnant de voir le bilan grimper puisque le volume de tests quotidiens augmente. « Il faut être prudent quand on analyse la croissance des cas », a prévenu le premier ministre. Depuis jeudi, le Québec a la capacité d’exécuter 5000 tests par jour. On n’a pas une demande aussi grande à l’heure actuelle, mais « on est prêts si c’est nécessaire », a dit M. Legault. Quelque 4000 personnes sont toujours en attente du résultat de leur test à la COVID-19 et 5000 autres ont reçu un verdict négatif.

Un message pour les aînés

Le premier ministre Legault avait jeudi un message pour les aînés, notamment ceux de 70 ans et plus, qui, à l’instar de certains jeunes, ne respectent pas les consignes d’isolement volontaire. « Ce n’est pas le temps d’être dans les centres d’achats, ce n’est pas le temps d’aller passer une heure au restaurant avec ses amis. J’ai le goût de reprendre la chanson de Jean-Pierre Ferland là : Envoye à maison ! C’est là que vous devez être », a lancé M. Legault. Les personnes de 70 ans et plus sont particulièrement vulnérables à la COVID-19 avec un taux de mortalité de 8 %. Cette statistique bondit à 14,8 % pour les aînés de 80 ans et plus.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Les personnes de 70 ans et plus sont particulièrement vulnérables à la COVID-19 avec un taux de mortalité de 8 %. Cette statistique bondit à 14,8 % pour les aînés de 80 ans et plus.

Moins de voyages interrégionaux

Nouvelle consigne du gouvernement : il est désormais recommandé de limiter les voyages « non essentiels » d’une région à l’autre. Cette mesure ne veut pas dire qu’il y a de la transmission communautaire soutenue au Québec, a assuré le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda. « Il y a des régions où il y a plus de cas, d’autres moins et donc, on veut s’assurer que les régions où il y a moins de cas restent dans cette situation-là, qu’il n’y ait pas de transmission entre les régions », a-t-il résumé. Pour l’heure, l’Estrie (26) et la Montérégie (19) sont les régions où l’on compte le plus important nombre de cas, après Montréal (28).

L’hospitalisation, « la clé » 

Alors que tous ces efforts collectifs d’isolement sont déployés pour aplanir la fameuse courbe de contamination au Québec – afin d’éviter l’engorgement du réseau de la santé –, le premier ministre s’est dit « rassuré » que le nombre d’hospitalisations soit encore très bas malgré les 121 cas confirmés. « La clé, c’est beaucoup les sept hospitalisations », a-t-il souligné. « Avoir le virus, c’est une chose, et avoir des conséquences graves pouvant aller jusqu’à la mort [c’en est une autre] », a illustré le premier ministre. Québec assure avoir 2300 lits d’hospitalisation disponible à l’heure actuelle, ce qui laisse une « marge de manœuvre » pour s’ajuster.

Délai pour les résultats

De nombreux Québécois ont rapporté attendre depuis plusieurs jours le résultat de leur test à la COVID-19. Interrogée à ce sujet, la ministre de la Santé et des Services sociaux a promis que le délai d’attente pour avoir son résultat sera amélioré. « Ça va changer parce qu’on a maintenant huit laboratoires [d’analyse]. À l’époque, il y a deux ou trois jours, on en avait un [seul] laboratoire. Alors, c’est sûr que ça a pris plus de temps pour avoir ces résultats-là », a expliqué Danielle McCann. Elle estime que le délai moyen d’attente est « autour de deux jours », mais que la situation évolue « d’heure en heure ».

PHOTO TIRÉE D’UNE VIDÉO

Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux

Après la musique, la cuisine !

Le Dr Arruda en a fait sourire plus d’un mercredi lorsqu’il a confié avoir une chanson en tête par jour pour l’aider à passer à travers ses longues journées de travail, invitant les citoyens à garder un équilibre sur le plan de la santé mentale en ces temps de crise. Jeudi, il en a rajouté : « Moi, là, en fin de semaine […], j’ai besoin de cuisiner, je vais me faire des tartelettes portugaises ! » Il n’en fallait pas plus pour que l’affirmation du populaire médecin devienne virale sur la Toile. « De grâce, faites ce qu’on vous dit, profitez-en positivement, transformez ça en quelque chose de positif », a-t-il ajouté.

Fin des liaisons aériennes en région

Air Canada a pris la décision jeudi de suspendre ses liaisons aériennes de Québec et Montréal vers Sept-Îles, Baie-Comeau, Val-d’Or, Gaspé et les Îles-de-la-Madeleine jusqu’au 30 avril prochain, dans la plupart des cas. Une décision déplorée par les élus régionaux alors que le service d’Air Canada est souvent le seul disponible. « Le transport aérien est un service essentiel aux Îles-de-la-Madeleine et dans plusieurs régions du Québec. Pensez aux malades, aux fournitures médicales. Quel est le plan d’urgence du gouvernement ? », a lancé le député du Parti québécois, Joël Arseneau. Son collège de la Côte-Nord, Martin Ouellet, s’est aussi dit inquiet. Sur Twitter, il a confirmé être en discussion avec le bureau du premier ministre sur la question.

Cusson réclame le report de la course

Il est « irresponsable » de poursuivre la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ), a dénoncé jeudi le candidat Alexandre Cusson. Le seul adversaire de la députée Dominique Anglade a suggéré de reporter l’élection prévue le 31 mai. Selon lui, le chef intérimaire Pierre Arcand devrait demeurer en fonction si la crise de la COVID-19 se prolonge. Tout comme celle du Parti québécois, la course au leadership du PLQ a été chamboulée par la pandémie de la COVID-19. La date de l’élection, fixée au 19 juin chez les péquistes, tient toujours. Autant au PQ qu’au PLQ, on avait pris la décision de tenir les débats sans public pour les diffuser en ligne, mais les deux formations doivent faire le point de façon imminente pour la suite des choses.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Alexandre Cusson