(Montréal) Parce que les avocats québécois veulent apporter leur contribution en cette période de crise, une clinique juridique gratuite est mise sur pied par le Barreau du Québec pour que les citoyens puissent poser leurs questions reliées à la COVID-19.

Stéphanie Marin
La Presse canadienne

Cette clinique juridique spéciale sera en service dès vendredi matin.

Les avocats au bout du fil offriront des consultations aux citoyens ayant des questions concernant leurs droits et obligations dans le contexte de la pandémie actuelle. Le Barreau dit s’attendre à des questions juridiques liées à l’emploi, aux assurances, ou encore à l’admissibilité aux mesures d’aide financière offertes par les gouvernements.

Plus concrètement, il peut s’agir de questions posées par des Québécois ayant été mis à pied en raison du coronavirus et qui se demandent s’ils sont obligés de payer leur hypothèque ou leur loyer.

Du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30, jusqu’à 200 juristes à travers le Québec pourront être joints, assure l’ordre professionnel des avocats.

Cette clinique est une collaboration entre le Barreau, le ministère de la Justice, la Commission des services juridiques (CSJ) et le Centre d’accès à l’information juridique (CAIJ).

Pour débuter, les conseils seront assurés par des avocats à l’emploi de la CSJ, qui se trouvent à être ainsi « prêtés » par le ministère de la Justice.

Mais de très nombreux avocats québécois se sont portés volontaires pour prêter main-forte de façon bénévole, a indiqué en entrevue téléphonique le bâtonnier du Québec, Me Paul-Matthieu Grondin. Ils seront ajoutés au fur et à mesure aux lignes téléphoniques.

Tous les Québécois mettent la main à la pâte, dit-il. « Et les avocats se sont eux-mêmes offerts pour aider », avec « leurs talents et leur détermination », a déclaré le bâtonnier, qui a travaillé pour ficeler rapidement ce projet.

Une clinique juridique de cette envergure, avec ce nombre de personnes participantes et sur une aussi longue période, « c’est une première pour le Barreau ».

Et puis, elle a représenté un défi logistique de taille : plusieurs de ces bénévoles sont des avocats qui travaillent de la maison ou qui y sont confinés. Ils ne pouvaient donc pas se rendre dans un même endroit muni de multiples lignes téléphoniques, a expliqué le bâtonnier.

Me Grondin ne peut pas encore dire combien de temps cette clinique recevra des appels, mais pour le moment, elle est prévue pour quelques semaines.

Il est possible que les lignes soient occupées vendredi et que le système ne suffise pas à la demande, admet-il. Mais si des embûches se présentent au premier jour de mise en service, le deuxième ira mieux, promet-il.

Le Barreau n’est en pas à ses premières armes en termes de cliniques juridiques pour la population : chaque année, notamment avec le Jeune Barreau de Montréal, il organise de tels services de conseils téléphoniques pour aider les citoyens. De l’aide fut aussi apportée récemment lors des dernières inondations.

Pour joindre la Clinique d’assistance juridique COVID-19, les numéros sont les suivants :

— 1866 699-9729 (sans frais)

— 418 838-6415 (Capitale-Nationale)

— 514 789-2755 (Montréal)

— 819 303-4080 (Gatineau)