Dans une décision inédite, une juge a ordonné jeudi matin au palais de justice de Montréal l’exclusion des salles d’audience d’un avocat de la défense revenu de voyage, jusqu’à la fin de sa quarantaine. Le criminaliste MLouis Peter Morena assure qu’il va respecter cette ordonnance, dont il ignorait toutefois l’existence.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

L’avocat bien connu de la communauté juridique a créé tout un émoi lundi et mardi matin en se présentant, bien bronzé, au palais de justice de Montréal, malgré la directive de la santé publique de se placer volontairement en quarantaine après un voyage à l’étranger. Le criminaliste est revenu jeudi dernier d’un voyage en Argentine.

Jeudi matin, la juge Flavia K. Longo, qui fait office de juge coordonnatrice de la Cour du Québec cette semaine, a rendu une ordonnance en salle de cour, en l’absence de MMorena, a appris La Presse. La juge a répondu à son téléphone pendant une audience, puis s’est absentée un moment. À son retour, elle a rendu l’ordonnance exceptionnelle, sans expliquer ses motifs.

En vertu de cette ordonnance, MMorena est « exclu de toutes les salles de la Cour du Québec incluant les chambres civiles, criminelles et pénales, et ce, jusqu’au 1er avril 2020, puisqu’il a voyagé à l’extérieur du pays et il devra être en quarantaine durant cette période ». En pratique, il peut donc aller au palais de justice, mais ne peut entrer en salle d’audience.

En entrevue, MMorena martèle qu’il n’avait aucune mauvaise intention en se rendant au palais de justice en début de semaine. « Je ne voulais pas faire de mal à personne », dit-il. Il soutient que la situation était d’ailleurs toujours « floue » au palais de justice de Montréal lundi, alors que le ministère de la Justice avait annoncé l’arrêt des activités judiciaires régulières.

« Je suis entré [au palais] par devoir pour faire mon travail », explique-t-il. « Les juges nous ont demandé pourquoi nos clients n’étaient pas là. Il fallait écrire dans le procès pourquoi. Mardi, tout a changé rapidement », ajoute-t-il.

Même s’il ignore pourquoi la juge Longo a rendu l’ordonnance, alors qu’il n’a pas mis les pieds au palais depuis mardi midi, MMorena n’a pas l’intention de la contester. « C’est à la Cour de décider ce qu’elle veut faire. Je suis d’accord de protéger tout le monde. Je suis d’accord que je ne rentre pas et je vais respecter ça », dit-il.

« Je veux être clair que je suis à la maison et je tiens à respecter la situation », insiste-t-il, au bout du fil.