La Direction de la santé publique de Montréal (DSP) prépare de nouvelles modalités de dépistage de la COVID-19 plus accessibles au public et permettant un « plus grand volume ».

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Jusqu’à maintenant, un triage téléphonique est effectué auprès des personnes présentant des symptômes liés au coronavirus. Par la suite, les personnes peuvent être dirigées vers des cliniques de dépistage pour y subir un test. Or, malgré l’ajout de personnel et l’amélioration technologique afin de mieux répondre aux nombreux appels téléphoniques des Québécois, il semble que le système rencontre des difficultés.

« On travaille pour augmenter dans les prochains jours, notre capacité de dépistage qui est une étape cruciale pour identifier les cas et nous permettre de les circonscrire. On va vous présenter de façon imminente de nouvelles modalités de dépistage beaucoup plus accessibles et qui vont nous permettre de faire du dépistage de plus grand volume », a indiqué la directrice de la DSP de Montréal, Dre Mylène Drouin.

En conférence de presse, cette dernière a confirmé avoir rapatrié dans son équipe le personnel qu’elle avait affecté depuis mardi après-midi, à l’aéroport Montréal-Trudeau. « Dr Horacio Arruda nous a demandé d’augmenter notre capacité régionale, car nous allons avoir une augmentation importante des cas au cours des prochaines semaines. Comme je lui ai dit, mon armée est prête », a assuré Dre Drouin.

Ainsi, cette dernière a pris en compte le fait que le gouvernement fédéral a pris le relais pour informer les voyageurs des mesures à prendre à leur arrivée, notamment en leur recommandant un isolement de 14 jours, afin de limiter la propagation du virus. Selon Dre Drouin, quelque 50 000 voyageurs ont ainsi reçu les renseignements nécessaires. La Ville de Montréal avait apporté son soutien à cette opération.

L’objectif de donner un électrochoc est atteint

Dre Mylène Drouin, Santé publique de Montréal

Ces employés sont donc replongés dans le travail d’enquête de la DSP, c’est-à-dire de remonter la ligne d’infection et faire le suivi de patients confinés à la maison et de leurs symptômes. À l’heure actuelle, 200 personnes sont ainsi suivies de près à Montréal.

Dre Drouin a également fait le bilan de la situation qui prévaut à Montréal. On compte présentement 28 cas d’infection à la COVID-19 et de ce nombre, deux personnes reposent aux soins intensifs. « Certains des cas n’ont pas d’histoire de voyage », a affirmé Dre Drouin en précisant que pour tous les cas, la santé publique remonte toutefois à la source.