Même si les postes de quartier de la métropole sont maintenant fermés au public, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) maintient être en mesure d’assurer la sécurité de la population dans ce contexte de crise de la COVID-19.  

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

« On continue de fournir le même service », explique le sergent Emmanuel Anglade, porte-parole du SPVM. « La seule chose, c’est que les portes des postes de quartier sont fermées. On offre toujours la même réponse au 911. Les citoyens peuvent aussi rédiger des rapports en ligne », ajoute-t-il.

La police de Montréal a annoncé mardi soir la fermeture temporaire au public des comptoirs de service des postes de quartier, des centres opérationnels, du quartier général et de toutes autres installations. Une mesure exceptionnelle qui vise notamment à « minimiser » chez les policiers le risque de contracter le coronavirus.

« On demande aux citoyens de contacter le 911 s’ils craignent pour leur sécurité. S’ils veulent dénoncer un crime, ils peuvent appeler aux postes de quartier qui demeurent ouverts tous les jours », explique le sergent Emmanuel Anglade, porte-parole du SPVM. Les citoyens peuvent également rédiger un rapport de police en ligne pour certains crimes, comme les vols et les méfaits.

Les citoyens qui rapportent un crime au téléphone seront ensuite convoqués par les enquêteurs. Le sergent Anglade invite d’ailleurs les citoyens à attendre d’être convoqués avant de se rendre au poste de police, le cas échéant.