Tout juste avant que Justin Trudeau ferme les frontières du Canada, quelques rares voyageurs étrangers ont continué à atterrir à Montréal mardi soir, malgré le coronavirus. Chacun avec son histoire.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

Momtaz Gassimi, un Afghan qui vit à Londres depuis quelques années, a par exemple décidé de venir séjourner chez son frère et ses sœurs au Québec, lorsqu’il a su que Justin Trudeau fermait les frontières du Canada aux étrangers, à l’exception des Américains.

Il ne voulait pas perdre la chance de pouvoir vivre au Canada le temps que la crise sanitaire passe. « C’est évident que nous sommes plus en sécurité au Canada qu’en Europe !  », a-t-il confié.

Quand il a franchi la deuxième « douane » de l’aéroport de Montréal, il s’est précipité vers son frère dans le but de lui faire une accolade. Sauf qu’en ces temps de pandémie, les deux hommes ont freiné leur élan pour se donner plutôt des coups de pieds et de coudes sympathiques.

« Ah, et puis, pourquoi pas ! », a alors lancé le Londonien, avant de serrer finalement son frère dans ses bras, Hashim Gassimi, qui est arrivé au Canada en 2000 et vit aujourd’hui à Sherbrooke.

« Je suppose que je vais vivre chez lui pendant plusieurs, plusieurs semaines. En fait, jusqu’à ce que la situation revienne à la normale », a dit Momtaz Gassimi, tout à fait heureux de cette perspective.

Son frère Hashim ajoute : « Nos deux sœurs vivent à Laval et nous souhaitions être proches pendant cette période trouble. À Sherbrooke, c’est calme et sécuritaire. On se disait qu’il serait mieux ici. Et nous serons ensemble, en famille. »

Travailleurs étrangers

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

L'agriculteur Marc Van Winden (au centre) entouré de quatre travailleurs mexicains.

Parmi une foule de Canadiens très dense, l’agriculteur québécois Marc Van Winden cherchait pour sa part des yeux des Mexicains qu’il emploie sur sa ferme depuis une quinzaine d’années.

Par hasard, les quatre premiers employés mexicains de l’année devaient arriver mardi soir, soit quelques heures avant la fermeture des frontières, prévue mercredi à midi.

« C’est un coup de dés ! Lorsque Trudeau a annoncé qu’il fermerait les frontières, j’espérais que ce ne soit pas avant leur arrivée », a expliqué le copropriétaire de Production horticole Van Winden.

Sauf qu’il n’a aucune idée de ce que l’avenir lui réserve. Est-ce que les prochains travailleurs attendus le 15 avril pourront venir au Canada ? Et les autres ? « Dans mon scénario catastrophe où je n’ai pas cette main-d’œuvre-là [56 Mexicains], je prévois que c’est 60 % des revenus de la ferme qui vont disparaître », affirme Marc Van Winden, catastrophé.

« Mais ça ne sert à rien de penser à ça… je ne peux rien y changer. Il faut vivre au jour le jour », ajoute-t-il.

Tout comme Momtaz Gassimi, les quatre Mexicains s’imposent une quarantaine avant de se mettre au travail dans la serre de l’agriculteur. « Ces quatre-là, ça fait entre 15 et 20 ans que je les connais, qu’ils travaillent à la ferme pendant près de six mois par année ». Et à propos des autres, il ne peut s’empêcher d’ajouter : « J’espère qu’ils pourront venir. »