Alors que la COVID-19 se propage et que la fermeture de la frontière canado-américaine se concrétise, plusieurs s'inquiètent du chemin Roxham, où des dizaines de personnes en provenance des États-Unis se rendent au Canada de façon irrégulière.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Mercredi en avant-midi, c’était le calme plat à Saint-Bernard-de-Lacolle sur le chemin Roxham. On estime qu'entre 60 et 80 migrants y passent chaque jour pour traverser la frontière entre le Canada et les États-Unis. Selon Ottawa, les chiffres datant de mars 2020 parlent plutôt de 49 passages par jour.

Ces demandeurs d’asile traversent la frontière de façon irrégulière, mais pas nécessairement illégale.

Une poignée d’agents de la Sûreté du Québec (SQ) et de la Gendarmerie royale canadienne (GRC) sont visibles. Ce lieu de passage est surveillé par les autorités policières en tout temps. Deux résidents d’une municipalité environnante se sont rendus sur place pour manifester leur mécontentement.

Alors que les frontières entre le Canada et les États-Unis se ferment, le chemin Roxham demeure, déplorent-ils. La plupart de ceux qui y passent ont transité par les États-Unis dans les dernières semaines.

« La GRC fait bien son travail », pense Robert Duteau, maire de Saint-Bernard-de-Lacolle. Il ne semblait pas s’inquiéter outre mesure de cette situation. « Les personnes qui transitent des États-Unis sont là quelques jours, dans une roulotte et ensuite se dirigent à Montréal. Les agents de la GRC vont demander toutes les informations utiles. Ils les questionnent un par un et ceux qui entrent devront s’isoler. »

Pour sa part, Sylvie Gobeil se dit « enragée » que le chemin Roxham ne soit pas complètement fermé en temps de pandémie. « C’est pas intelligent qu’on laisse rentrer des illégaux des États-Unis. Ces gens-là vont arriver, engorger notre système de santé », plaide d’un ton ferme la résidente de Noyan, une municipalité située de l’autre côté de la rivière Richelieu.

« On est tous en danger en temps de pandémie, il faut protéger ton pays en premier. On paye pour eux et cet endroit est une vraie passoire », poursuit André Bernier, également résidant de Noyan.

Les deux citoyens doutent que les mesures d’isolement seront mises en place pour ceux qui traversent la frontière par le passage.

« Il n’est pas acceptable que des demandeurs d’asile rentrent au pays par le chemin Roxham sans être par la suite placés en isolement », a par ailleurs dit François Legault en point de presse mercredi après-midi. Il ajoute avoir eu des discussions avec le gouvernement fédéral à ce sujet.
Invité à faire le point sur le chemin Roxham, Justin Trudeau s’est montré rassurant. « […] Je peux vous rassurer que toutes les mesures sont prises pour assurer que c’est tout à fait contrôlé et que tout le monde qui traverse par là serait en quarantaine pendant […] 14 jours », a-t-il expliqué.

Un changement de procédure est maintenant prévu afin de minimiser au maximum la propagation du virus. Les agents de la GRC vont arrêter les migrants qui traversent et auront comme tâche de détecter les potentiels symptômes. Qu’ils présentent des symptômes ou non, ils seront envoyés à l’Agence des services frontaliers et seront isolés.

Le retour des snowbirds

Pendant ce temps, les snowbirds ont devancé leur retour en sol québécois, alertés par la fermeture imminente des frontières.

« J’ai pas attendu que Legault ou Trudeau me le dise, je suis parti samedi dernier. J’ai pas de rhume, pas de fièvre, pas de toux, mais je suis là pareil ! », s’exclame Robert Lepage avec bonhomie au volant de sa roulotte. L’homme au teint bronzé et à la chemise déboutonnée a dû faire des adieux précipités au soleil de la Caroline du Sud. De retour d’Allendale, sa femme et lui étaient partis faire du camping depuis le 3 janvier. Le couple est prêt à s’isoler pour les deux prochaines semaines, voire plus. « Nos enfants ont fait le ménage chez nous. Pas question d’attraper cette cochonnerie-là. »

« J’étais déjà à Montréal dans ma tête », explique Bernard Breault, arrivé aux douanes mercredi matin après un long séjour en Louisiane. « J’ai déjà hâte d’en finir avec ma quarantaine pour garder mes petits-enfants », explique-t-il tout sourire.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Bernard Breault est arrivé aux douanes mercredi matin après un long séjour en Louisiane.

« On m’a pas vraiment demandé si j’avais des symptômes » s’étonne Réjean Charest, surpris par l’absence de douanes sanitaires à la frontière. Il était toutefois heureux de regagner Rimouski après une visite de quelques mois en Floride au lac Okeechobee.