La municipalité de Sept-Îles est en train d’aménager l’un de ses arénas en centre de prélèvements au volant pour que les patients puissent venir passer leur test sans avoir à sortir de leur voiture. Le centre, qui doit entrer en fonction jeudi matin, permettra de procéder plus rapidement et, surtout, de minimiser les contacts entre les patients.

Ariane Krol Ariane Krol
La Presse

« J’appelle ça le ‟car wash des prélèvements” », lance avec enthousiasme le directeur général de la Ville, Patrick Gwilliam.

Le centre sera ouvert jeudi matin à l’aréna Guy-Carbonneau, fermé comme tous les lieux de rassemblement.

« Ils vont faire fondre la glace et un tracé va être fait à l’intérieur », a expliqué M. Gwilliam en entrevue téléphonique avec La Presse mardi.

L’édifice est doté de deux portes de garage, ce qui permettra aux véhicules d’entrer par l’une d’elles et de ressortir par l’autre sans que les passagers aient à descendre.

« Ça va être beaucoup plus rapide que de faire les prélèvements à l’hôpital », prévoit M. Gwilliam.

Un modèle éprouvé

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord n’a pas été en mesure de nous préciser les détails du fonctionnement mardi, mais les expériences rapportées ailleurs dans le monde suggèrent que la durée du rendez-vous de prélèvement peut être réduite à une dizaine de minutes.

De tels centres sont déjà en fonction dans de nombreuses régions des États-Unis. Le président américain Donald Trump en a d’ailleurs fait la promotion vendredi dernier.

Le modèle a d’abord été utilisé en Corée du Sud, où il a permis de réaliser beaucoup de tests en peu de temps. Le pays compte maintenant 43 centres du genre, rapportait le magazine Science mardi.

Outre sa rapidité, la procédure offre l’avantage d’être plus sécuritaire pour les patients et le personnel. « Les travailleurs qui font les tests portent un équipement protecteur, et le patient ne quitte pas son véhicule. Vous ne serez pas exposé à une personne porteuse du virus », a expliqué la Dre Dena Grayson, experte en pandémies, au média en ligne Vox.

Des services de dépistage à l’auto ont également été ouverts en Allemagne et au Royaume-Uni. Et il y en aura dans d’autres régions du Québec, confirme le ministère de la Santé.

La neige avant le virus

Pour le directeur général de Sept-Îles, qui est également coordonnateur de la sécurité civile, la COVID-19 est la deuxième situation d’urgence à gérer en moins d’une semaine. La ville a en effet essuyé une tempête record vendredi dernier, sa plus grosse en une trentaine d’années. Avec 56 centimètres de neige et des vents de 70 à 90 kilomètres à l’heure, une cinquantaine de véhicules sont restés coincés dans les rues et plusieurs passagers ont dû être secourus en motoneige par la Sûreté du Québec. Malgré le travail incessant des cols bleus, le déblayage n’était pas encore terminé lorsqu’une nouvelle chute de neige, dont on attendait une vingtaine de centimètres, a commencé à tomber sur la ville mardi.

Les patients pourront néanmoins se rendre au nouveau centre de prélèvements au volant sans encombre, assure M. Gwilliam. « Nos rues sont suffisamment larges pour laisser passer les véhicules d’urgence. »

Les Atikamekw réclament des tests et des masques

« On aimerait ça être approvisionnés en tests pour ne pas augmenter les risques d’être contaminés », explique le Grand Chef de la Nation Atikamekw, Constant Awashish.

Aucun cas de COVID-19 n’a encore été détecté dans les communautés de Manawan, Opitciwan et Wemotaci, qui regroupent quelque 6500 autochtones. Mais leurs services de santé n’ont pas le matériel nécessaire pour faire passer le test. Si des résidants en ont besoin, ils devront faire, selon les cas, entre deux heures et trois heures et demie de route pour se rendre au centre le plus près. Et surtout, côtoyer d’autres personnes qui pourraient être infectées, alors que les Atikamekw tentent précisément d’éviter l’entrée du virus dans leurs communautés rendues vulnérables par le manque de logements. « À plusieurs familles dans une maison, si un individu venait à être contaminé, c’est sûr que ça se répandrait vite », dit M. Awashish.

Le Conseil de la Nation Atikamekw (CNA) a donc demandé au bureau de la ministre québécoise responsable des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours, de fournir le matériel nécessaire aux prélèvements, qui pourraient ensuite être analysés à l’extérieur. Le CNA réclame aussi des masques pour le service de santé de Manawan, qui en manque. Constant Awashish n’a pas eu de réponse immédiate, mais garde confiance. « Ils m’ont dit qu’ils étaient en planification. Il y a du monde qui travaille là-dessus, ça me rassure », a-t-il indiqué en fin d’après-midi mardi. « Et nous sommes quand même bien organisés, ça me rassure aussi. »

Dans le cadre de leur plan d’urgence sanitaire, les Atikamekw ont fermé l’accès aux visiteurs qui ne répondent pas à un besoin essentiel, dont les motoneigistes qui s’arrêtent pour se ravitailler. Ils ont aussi demandé à leurs membres d’annuler tous les rendez-vous médicaux non urgents, et interrompu le transport en autobus pour ceux qui doivent être maintenus.

Ils ont aussi ciblé des endroits où d’éventuels malades pourraient être isolés, soit deux camps forestiers et une auberge inoccupée.