(Québec) Le nombre de personnes infectées à la COVID-19 au Québec passe à 74, selon une dernière mise à jour du ministère de la Santé et des Services sociaux. C’est 11 cas de plus que ce qu’avait confirmé le premier ministre François Legault, lors de son point de presse quotidien, alors que le nombre s’élevait à 63.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Des 74 personnes atteintes du coronavirus, six d’entre elles sont actuellement hospitalisées. Ces 11 nouveaux cas ont été déclarés à Montréal (1), dans Lanaudière (3), dans les Laurentides (2), en Montérégie (2) et pour deux autres cas, la région n’a pas encore été déterminée.

En date du 17 mars, 15 h, le nombre de personnes sous investigation est de 2949 et quelque 4778 analyses se sont avérées négatives.

La région de Montréal demeure la plus touchée avec un total de 22 cas confirmés tandis que 13 cas ont été dépistés en Montérégie.

Il n’y a toujours pas de cas confirmé de transmission locale au Québec, mais le directeur national de la santé publique, DHoracio Arruda, indique qu’il « est clair » qu’il y a un certain décalage entre le nombre de cas confirmés et le nombre de cas réels en circulation, notamment parce que l’on teste encore seulement les voyageurs et les individus ayant eu des contacts étroits avec eux, et qui présentent des symptômes.

« C’est comme ça partout dans le monde parce qu’il faut que vous compreniez que des gens qui n’ont pas de symptômes n’iront pas consulter. Il y a toujours des gens qui sont asymptomatiques et qui peuvent le transmettre. D’ailleurs, c’est une des raisons pour lesquelles des fois, on ne pourra pas savoir qui l’a donné », a-t-il expliqué.

« Je vais même vous dire qu’à un moment donné, quand il va y avoir tellement de circulation dans la population que toute personne qui va présenter [des symptômes] de grippe ou de rhume, lorsqu’on sera sorti de la saison de la grippe, va être considérée comme un cas [de contamination au virus] », a-t-il ajouté.

DArruda rappelle qu’à ce stade, l’important est de « tester, tester, tester » puis, « qu’en fonction de ce qu’on va surveiller, on va choisir les types de catégories » de gens qui pourront subir un test de dépistage de la COVID-19.

« Ce qu’il faudrait éviter, c’est de tester des gens asymptomatiques, parce qu’ils ont peur. Là, à ce moment-là, c’est un test gaspillé », dit-il. « Donc, tout ça va se faire avec une science, avec des critères qui sont établis par nos experts à la fois cliniciens et gens de santé publique. »

Par ailleurs Québec entend faire passer le nombre de cliniques de dépistage de 22 à 31 d’ici les prochains jours.