(Berlin) Les États-Unis ont engagé un bras de fer avec l’Allemagne pour tenter de s’assurer l’exclusivité d’un vaccin contre le nouveau coronavirus actuellement en cours de développement par un laboratoire allemand, affirme samedi Die Welt.

Agence France-Presse

Selon le journal allemand, le président américain Donald Trump essaierait d’attirer avec d’importantes ressources financières des scientifiques allemands travaillant sur un potentiel vaccin contre le nouveau coronavirus, et d’en obtenir ainsi l’exclusivité pour son pays.

Ce vaccin serait alors « seulement pour les États-Unis », a affirmé au journal une source proche du gouvernement allemand.

> Abonnez-vous à notre infolettre

Berlin tenterait de son côté de garder la main sur cette société en proposant à son tour des conditions financières intéressantes.

Cette rivalité concernerait l’entreprise de biotechnologie CureVac, basée à Tübingen dans le Bade-Wurtemberg. Elle dispose aussi de sites à Francfort et à Boston aux États-Unis.

Fondée en 2000, celle-ci se présente comme une entreprise spécialisée dans le « développement de thérapies contre le cancer, de thérapies à base d’anticorps, de traitement de maladies rares et de vaccins prophylactiques ».

Ce laboratoire travaille actuellement en partenariat avec l’Institut Paul-Ehrlich, spécialisé dans la recherche sur les vaccins et dépendant du ministère de la Santé allemand, pour produire un vaccin contre la COVID-19.

« Le gouvernement allemand est très intéressé à ce que le développement de vaccins et de substances actives contre le nouveau coronavirus soit effectué en Allemagne et en Europe », a confirmé un porte-parole du ministère de la Santé à Die Welt.

A cet égard, « le gouvernement est en échange intensif avec CureVac », a ajouté cette source.   

L’ancien patron de CureVac, Daniel Menichella, avait été invité le 2 mars à la Maison-Blanche pour y rencontrer Donald Trump, le vice-président Mike Pence et des représentants de sociétés pharmaceutiques travaillant sur la réponse à l’épidémie, avait annoncé l’entreprise sur son site, sans préciser les éventuelles offres financières proposées.

« Nous sommes très confiants dans notre capacité à développer un vaccin puissant d’ici quelques mois, avait alors déclaré M. Menichella, depuis remplacé à la tête de CureVac par Ingmar Hoerr, dans un communiqué de presse publié par son entreprise.

Celle-ci disait espérer démarrer » au début de l’été 2020 « des premiers essais cliniques.